Cet article fait partie de la rubrique «Hyperlien», un projet dont l'objectif est de mieux comprendre vos attentes et de présenter les conditions de réalisation de nos articles, pour plus de transparence.


«Pourquoi cet acharnement du Temps»? C’est l’ancienne députée au Grand Conseil vaudois et ancienne conseillère nationale Suzette Sandoz qui pose la question dans son blog, abrité dans les colonnes du Temps justement. La juriste, qui dès la publication de l’enquête du journal sur le harcèlement à la RTS avait parlé d’une «exécution capitale», cite les conclusions de l’audit, selon lesquelles les faits imputés à Darius Rochebin «ne sont pas constitutifs d’une infraction pénale». Et elle commente: «On se serait attendu à quelques mots d’excuses du Temps, ou à tout le moins à un ton neutre» pour rendre compte des résultats de l’enquête présentée par la RTS vendredi 16 avril. Selon elle, on a assisté à l’inverse.

«Où est l’éthique journalistique?» nous écrit aussi dans un courrier un de nos lecteurs fidèles, qui gronde. «Un journal ne peut pas salir impunément l’honneur d’une personne et louvoyer pour échapper à ses responsabilités», assène-t-il.