Le débat sur le soutien financier de plusieurs milliards à la compagnie aérienne Swiss fait couler beaucoup d’encre. Si la somme est exceptionnelle, la taille de l’entreprise et son impact en termes d’emplois directs et indirects sont lui aussi colossaux. Nous nous devons, dans cette période de crise sanitaire, sociale et économique, de défendre Genève et à travers elle la Genève internationale. Cela est primordial et capital pour l’économie genevoise.

Une majorité de citoyennes et de citoyens prônent, comme de plus en plus de partis politiques, une transition écologique. Le parlement devait traiter la loi sur le CO2 au cours de la session de printemps qui a été stoppée en raison du Covid-19. Tout doit être entrepris dès que possible pour aller vers plus de durabilité. Il est temps de mettre des conditions strictes de durabilité aux aides fédérales qui touchent à des secteurs ayant un impact écologique et d’imposer un agenda progressif d’objectifs à atteindre liés à la protection environnementale.