Oyez, lectrices et lecteurs de ce média: dès la semaine prochaine, Le Temps s'habille de couleurs estivales, dans sa version imprimée comme sur son site internet. Des teintes vives, enjouées et chaleureuses. Soit, du lundi 12 juillet au vendredi 20 août, quatre pages spéciales quotidiennes qui abriteront nos séries hebdomadaires.

Au menu, de grands reportages sur le roman du vaccin à ARN messager et sur deux familles historiques de photographes genevois, les Boissonnas et les Pricam, à cheval sur les XIXe et XXe siècles. A quoi s'ajoute la 3e saison de «Rivières suisses à l’œuvre», sous forme de balades le long de ces eaux industrielles et artisanales, avec tous leurs enjeux environnementaux.

Plus loin dans l'espace et dans le temps, notre correspondante aux Etats-Unis est allée en pèlerinage dans les réserves d’Indiens d'Amérique du Nord, pour en saisir toutes les subtilités et soucis contemporains. Un reporter est aussi parti en Allemagne pour brosser le portrait de jeunes Allemands urbains face à leur destin au moment où va se refermer la longue ère Merkel. Et, pour satisfaire les esprits avides d'histoire, nous remonterons, il y a deux siècles, aux sources des passions philhellènes qui ont embarqué toute l'Europe avec elles dès 1821.

Le sucre, Moutier, la cuisine musicale...

Mais le panorama ne serait pas complet si nous ne mentionnions pas une série sur le soft power africain qui influence tout l’Occident, une autre sur le monde parfois mystérieux du sucre et une troisième sur les sources en ligne du droit suisse. Nous nous intéresserons encore au futur «déménagement» de Moutier dans le canton du Jura, vu par la lorgnette de ses communes avoisinantes. Et puis, saviez-vous que certains grands compositeurs maniaient les recettes de cuisine aussi bien que leurs partitions? Ou que les villes suisses tiennent de plus en plus compte des activités sportives de leurs habitants?

Les mâles modernes, les remèdes de grand-mère, les trésors du site LeTemps.Archives.ch, l’après-pandémie, les enjeux de la rentrée scolaire et quelques idoles musicales, des insectes et des superstitions escorteront enfin les secrets de la physique quantique et des plantes comestibles. Sans oublier, in fine, des portraits de vents, de fontaines urbaines, de familles éclatées et de la campagne, ainsi que de momies célèbres ou de femmes scientifiques éclipsées qui fermeront cette marche médiatique avec les enfants du bitcoin et des pays imaginaires... Bonne lecture!


Mais ce n'est pas tout...

A ce copieux menu s'ajoutent deux autres pages, estampillées d'opinion. Car le débat d’idées ne se tarit pas quand montent les températures! Pendant les mêmes six semaines, nous consacrerons, cinq jours par semaine, deux pages aux débats et analyses sur six thèmes d’importance.

Particularité de cette opération spéciale: ces pages seront pour la plupart animées par des rédacteurs·trices en chef invité·es, qui ont de leur côté sollicité les auteur·es parfois prestigieux·ses des textes qui vous seront proposés.

Ainsi, l’avocat Alain Werner supervisera ces contributions de la première semaine, sur la justice internationale. Gisou van der Goot, professeure et vice-présidente de l’EPFL, prépare pour la fin de juillet les pages sur la science. Lynn Bertholet, fondatrice de l’association Epicène, sera la curatrice des pages sur les questions de genre. Le philosophe Martin Morend supervisera des thèmes qui lui sont chers juste avant la rentrée.

Enfin, deux journalistes du Temps se sont aussi prêtés au jeu: Frédéric Koller, responsable des pages Débats, proposera une semaine de textes sur la Chine; et Serge Michel, rédacteur en chef adjoint, sur l’Afrique.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.