Opinion

Qui sont les terroristes?

L’ancien directeur et imam de la Grande Mosquée de Genève condamne la violence terroriste mais regrette qu’on en rende responsable l’islam ou toute autre religion

Nous voyons aujourd’hui le terrorisme se répandre dans le monde entier. De nombreux pays sont marqués par l’injustice et l’oppression, et de nombreuses personnes sans défense et innocentes sont devenues les victimes de ces systèmes. Face à tant de cruauté, il est normal que nous condamnions les auteurs de ces actes criminels, qu’ils prétendent être musulmans, chrétiens, juifs, bouddhistes ou qu’ils n’aient pas de religion. Mais il est ridicule de lier l’islam ou toute autre religion aux actes de terrorisme.

Un groupe de criminels s’est auto-proclamé fondateur d’un «État islamique» sur une partie du territoire de l’Irak et de la Syrie. Ce groupe est parvenu à attirer à lui des milliers d’esprits aveuglés au sein de la jeunesse musulmane. Il est financé par des pouvoirs étrangers qui lui fournissent des armes dans le but de semer le trouble sur la scène politique.

D’après le rapport Corbett, toutes les actions militaires en cours ont bénéficié d’un équipement, d’un soutien, d’une formation, d’un armement et d’un financement de l’étranger qui entretient les mécanismes de cette guerre. Ce rapport révèle également que de nombreux combattants de l’EI ont été formés en Jordanie (bien évidemment par un pays puissant) il y a de cela quelques années, dans le cadre d’une opération (alors) secrète. Le désordre qui se propage actuellement dans le monde est certainement ce qu’annonçait Condoleezza Rice, alors secrétaire d’État des États-Unis, quand elle parlait de «creative chaos» (chaos constructeur).

La plupart des médias internationaux se concentrent pourtant uniquement sur les «islamistes», les «djihadistes», l’«EI», détournant les yeux de la cruauté des tyrans syriens (le régime d’Assad et ses alliés: l’envahisseur russe et les milices acheminées par l’Iran à travers l’Irak et le Liban) qui ont mis à feu et à sang la moitié du pays et poursuivent aujourd’hui encore leur politique de destruction, poussant onze millions de personnes à fuir leur domicile.

Les médias internationaux passent sous silence les exactions du tyran d’Egypte, qui a fait des milliers de victimes, a torturé des dizaines de milliers d’Egyptiens dans les prisons et a poussé des milliers de civils à fuir leur pays. Les médias internationaux n’accusent pas Israël d’être un État terroriste alors qu’il tue continuellement des Palestiniens et qu’il les traite de manière inhumaine, en expulsant bon nombre de personnes de chez elles… Les grandes puissances appuient ces actes de violence qui permettent à leur secteur de l’armement de prospérer en multipliant ses ventes. Et, tout en prônant la démocratie, ces grandes puissances soutiennent des tyrans dans de nombreux pays, quand bien même ils traitent leur peuple de manière inhumaine.

En tant que musulman, je dois admettre qu’au sein de notre communauté certaines personnes (qu’il s’agisse de tyrans, d’ignorants, de personnes pauvres et impuissantes ou étroites d’esprit) sont prises au piège, exploitées, ou de mèche avec les grands tyrans et les grands politiciens animés par de mauvaises intentions dans différents pays, quelle que soit leur religion. Mais il est injuste que les médias internationaux accusent l’islam d’être à l’origine de ce chaos et des dégâts causés par des criminels alors que l’islam condamne fermement toute violence et tout agissement répréhensible.

Le Coran met en garde: «Et ne pense point qu’Allah soit inattentif à ce que font les injustes. Il leur accordera un délai jusqu’au jour où leurs regards se figeront. Ils courront [suppliant], levant la tête, les yeux hagards, incapables de détourner le regard de ce qu’ils verront; et leurs cœurs seront vides.» (14:42-43).

L’islam interdit aux croyants de faire quoi que ce soit qui puisse blesser d’autres personnes ou nuire à ces dernières, et peu importe la gravité de leurs méfaits, ils auront à en répondre en conséquence dans l’au-delà.

Publicité