Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La brochure et le bulletin de vote pour la votation sur la RIE III.
© JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Editorial

Test pour le modèle vaudois

Si la RIE III est acceptée, le Conseil d'Etat vaudois aura démontré la force de la politique du compromis, à l'heure où le débat perdure dans d'autres cantons

Sur un plateau de la balance, «la plus grande baisse d’impôt de l’histoire vaudoise.» Sur l’autre, «des avancées sociales sans précédent.» Les superlatifs qui émaillent la campagne avant la votation cantonale du 20 mars en témoignent: le paquet politique qui lie ces deux volets et sur lequel les Vaudois se prononcent sort de l’ordinaire. Le résultat du scrutin sera suivi avec un vif intérêt dans tout le pays, à l’heure où le débat sur la réforme de l’imposition des entreprises se poursuit, sous la coupole fédérale, avec une âpreté croissante.

La forte baisse de la taxation des bénéfices prévue dans le projet vaudois est une couleuvre difficile à avaler pour beaucoup dans le canton. Elle heurte des principes, met les prestations de l’État sous pression, fait s’éloigner tout espoir d’allégement pour les personnes physiques.

Si elle est acceptable, c’est qu’elle donne un message de confiance aux entreprises, contient une forme de promesse sur la pérennité de la prospérité lémanique et qu’elle va de pair avec des contreparties pour les familles et les assurés, dans un cadre concerté.

On peut certes épingler l’équilibre imparfait entre les 400 millions de manque à gagner et les 150 millions de nouvelles prestations sociales; dénoncer les risques de lendemains qui déchantent plutôt que saisir les offres immédiates. L’essentiel est ailleurs: face à une exigence spécifique – la Suisse s’est engagée à supprimer les statuts fiscaux assimilés au dumping, ce paquet apporte une solution globale dans laquelle de plus larges intérêts ont été pris en compte. Il convainc au fond qu’il n’y a pas de meilleur scénario.

Porté par tout le Conseil d’État, ce pacte porte la marque particulière de Pierre-Yves Maillard et de Pascal Broulis. Il est emblématique d’une politique apaisée à l’œuvre dans le canton de Vaud. Ce modèle, certes favorisé par l’état florissant des finances cantonales, n’est pas forcément exportable. Mais s’il s’impose dans les urnes, il confirmera à d’autres cantons secoués par la RIE III, Genève en premier lieu, l’existence d’une voie possible. Vu de Berne, le message que les Vaudois donneraient en faveur de l’aggiornamento fiscal fédéral serait accompagné de sa cautèle: des concessions réciproques valent mieux qu’un blocage.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)