Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le papier permet la sérendipité, le fait de trouver autre chose que ce que l’on cherchait, alors qu’Internet est le champion de la quête volontaire, autocratique et ciblée.
© USA Reiseblogger/Pixabay.com

Charivari

Pour la tête, le papier est mieux qu’Internet

OPINION. Le premier a une force que le second n’a pas: il choisit pour nous. C’est si reposant, parfois. Et peut-être plus instructif, aussi, aux yeux de notre chroniqueuse

On est tous pareils. Et ceux qui ne le font pas sont dignes de Bouddha. A une soirée, chez des amis, au café, sitôt qu’on bute sur le titre d’un film, le nom d’une capitale ou la date d’une décision historique, on sort les smartphones et on cherche l’info. Qui ne vient jamais seule. Et ça aussi, c’est Noël. De lien en lien, on tisse une toile, c’est le principe, et l’on se sent plus riche des renseignements ainsi glanés. Non seulement on a pu satisfaire la démangeaison terrible qui s’était emparée de l’assemblée, mais en plus, on la régale de deux-trois scoops qui n’en sont pas, mais qui nourrissent le débat. On se dit qu’Internet est bon pour la tête. Et l’on a raison.

Il y a un endroit cependant où Internet pèche. Fait défaut. Ne remplit pas sa fonction. C’est la lecture du journal. Comme celui que vous tenez dans vos mains. Ou non. Depuis deux ans, je ne lis presque plus les journaux dans leur version papier – sauf un, auquel je reste indéfectiblement abonnée. Ces journaux, je les lis évidemment, plusieurs fois par jour, mais sur leur site internet.

Un lien, puis un lien, puis un lien…

Dès lors, je manque beaucoup d’articles. Tous ceux qui ne sont pas mis en majesté sur la page d’accueil ou ne s’illustrent pas sur les réseaux sociaux. Pour lire l’intégralité des papiers, je devrais dérouler les menus de chaque rubrique, prendre le temps de les détailler. Ce que je ne fais pas, évidemment, car sur Internet, on est toujours pressé et, surtout, dans un article, il y a souvent un lien qui nous amène sur un autre site, qui lui-même contient un lien qui nous emmène encore ailleurs… Au point où parfois, après trois-quatre saltos de ce type, j’ai oublié ce que je lisais au départ.

Avec le papier, rien à voir. On est cadrés, guidés, limités peut-être, mais aussi surpris par tel ou tel sujet dont on n’aurait pas soupçonné l’importance. On lit des plumes, des personnes. On suit une ligne. Il n’y a pas de dispersion, mais, au contraire, une force de cohésion. Bien sûr, parfois des frustrations surgissent, car on aimerait approfondir tel ou tel sujet.

Mais, droit à côté dudit article, on découvre une brève ou une chronique qui font rêver. Le papier permet la sérendipité, le fait de trouver autre chose que ce que l’on cherchait, alors qu’Internet est le champion de la quête volontaire, autocratique et ciblée. Sur Internet, je veux, je l’ai. Sur papier, je me laisse porter et prends ce qu’on a choisi pour moi. Pour (ne pas perdre) la tête, le second me semble le meilleur choix.


Lire également:

Donner la vie ou donner sa vie?

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)