Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Jeudi matin, à la devanture d'un kiosque de Mostar, en Bosnie.
© Amel Emric/AP/Keystone

Du bout du lac

Thanatos derrière la cravate

Mercredi, un vieil homme en costume croisé se faisait justice en plein tribunal. En direct de La Haye, comme on avale une vodka caramel. Terrifiant malaise…

Alors que j’en étais tranquillement à me demander comment accueillir le dernier triple axel d’Eric Stauffer (et ignorant encore que Yannick Buttet serait élu démocrate-chrétien de l’année), mon quotidien fut stoppé net mercredi, en fin de matinée. Plein cadre sur mon fil Twitter, entre Donald Trump et Darius Rochebin, un vieil homme en costume croisé se donnait la mort en direct, comme on avale une vodka caramel. Gros malaise.

A 11h35 ce 29 novembre, Slobodan Praljak ingurgitait le contenu d’une fiole de poison devant les juges du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), qui venaient de confirmer sa condamnation pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre. L’ancien officier croate de Bosnie mourait quelques instants plus tard à l’Hôpital de La Haye, laissant Twitter, la planète et votre serviteur se débrouiller avec sa funeste révérence.

«Shakespeare aurait kiffé»

Sidération parfaite devant l’anachronisme de ce geste total et théâtral. Surgie d’un autre temps, une large trogne violacée venait de prendre à contre-pied le monde et sa frénésie d’un geste précis et grave. Une déclaration solennelle, une petite respiration et hop, Thanatos derrière la cravate! Du tragique de première qualité, millésimé et non filtré, Shakespeare aurait kiffé.

Là où il est, s’il est quelque part, Slobodan Praljak peut se frotter les mains: il a doublement réussi sa sortie. Parce qu’il faut bien l’admettre, le Croate trottinait jusque-là dans le gros du peloton des salauds, loin derrière les vedettes. Mladic, Karadzic, tout monde connaît. Mais Praljak? La mémoire collective l’avait un peu maltraité. Le voilà indéniablement réhabilité par la grâce des réseaux sociaux. Personne n’a échappé à l’image; personne n’oubliera jamais le vieux barbu et son shot fatal.

Juste avant le baisser de rideau

Voilà pour la postérité. Reste le message. Presque plus terrifiant encore. Un suicide en direct à la dernière scène du dernier acte du TPIY: les défenseurs de la justice pénale internationale ne pouvaient pas imaginer pire clap de fin. Vingt-cinq ans de combat contre l’impunité, de procédures impossibles, de persévérance, et voilà que le tout dernier criminel s’offre le statut de martyr en quelques secondes, juste avant le baisser de rideau, dans un dernier bras d’honneur. Chapeau l’artiste…


Chronique précédente:

La Suisse a les hackers qu’elle mérite

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)