Chronique

Le théâtre du pouvoir

Natalie Rickli, Philippe Gauderon, Ulrich Giezendanner, Serge Gaillard et Christophe Darbellay

Contrasté

Natalie Rickli met en scène son retour dans l’arène politique après une interruption de cinq mois pour cause de burn-out. La généreuse interview vérité que l’UDC zurichoise de 36 ans a accordée au SonntagsBlick lui a valu quelques sarcasmes. Les réactions ont été contrastées. Ses amis politiques saluent son retour et son courage. Son voisin de salle, Felix Müri (UDC/LU), dit qu’il commençait à s’«ennuyer sans elle». Le Tages-Anzeiger parle, lui, de «calcul politique» et d’«instrumentalisation de sa maladie». Et nombreux sont ceux qui se demandent si Natalie Rickli reviendra avec la même acerbité qu’avant, une hargne qui n’a sans doute pas été étrangère à ses ennuis. Rendez-vous en mars pour vérifier.

Toiletté

Philippe Gauderon, directeur de CFF Infrastructure, a été pris à partie mardi lors d’un colloque de spécialistes de la construction à propos des nouveaux WC que les CFF ont présentés en grande pompe en début de semaine. Le plus sérieusement du monde, le Fribourgeois a répondu que le toilettage des lieux d’aisance «répond à un besoin très très précis de la clientèle». On est tenté de le croire. Mais les voyageurs ont d’autres besoins, bien plus pressants que des latrines odorantes et bucoliques.

(R)engorgé

Jurassiens et Valaisans, Ulrich Giezendanner vous en veut. Fière figure de proue du lobby routier, le conseiller national UDC n’en peut plus des bouchons qui obstruent la circulation autour du tunnel du Gubrist, sur le contournement de Zurich. Face à cette situation, il pousse un coup de gueule dans le Blick am Abend: il ne comprend pas qu’on investisse des centaines de millions pour construire des autoroutes peu fréquentées, comme la Transjurane et l’A9 dans le Haut-Valais, et qu’on délaisse les axes les plus engorgés. Il se défend de remettre en question le droit des régions périphériques de disposer d’un bon réseau routier. Il qualifie néanmoins la Transjurane d’«autoroute la plus chère du monde» car elle est en bonne partie en tunnels. Il omet de préciser que, si l’agrandissement du Gubrist ne se fait pas plus vite, c’est à cause de l’opposition de riverains qui demandent que celui-ci soit recouvert.

Inoccupé

Serge Gaillard est passé du Secrétariat d’Etat à l’économie à l’Administration fédérale des finances le 1er octobre. Or, son ancien poste de directeur du travail est toujours inoccupé, ce qui suscite une évidente incompréhension dans le monde politique. Il s’agit en effet d’une fonction clé. Ces tergiversations semblent liées aux exigences multiples et élevées qui sont requises. Les candidats remplissant tous les critères seraient rares. Christophe Darbellay, ci-devant président de la Commission de l’économie du Conseil national, promet de mettre le sujet à l’ordre du jour de la prochaine séance. Un Christophe Darbellay qui a susurré à la RTS et au Blick qu’il avait lui-même été sondé «informellement» pour le job. Mais son plan de carrière ne semble guère comprendre une case «chef de service dans l’administration». Il vise plus haut (LT du 18.01.2013). berne

Publicité