Il n’est pas question de nier les extraordinaires réalisations de la Chine depuis quarante ans – à commencer par ce qui a été maintes fois souligné, i.e. le fait que quelques centaines de millions de personnes ont été sorties de la pauvreté – même si ce développement économique a pris corps à travers l’appropriation de technologies étrangères et au prix d’une sévère contamination de l’air, de l’eau et des sols. Il n’est pas non plus question de nier que chaque grande puissance cherche à exporter son modèle de société.