Le Pianiste, du désormais contesté Roman Polanski, est un bon exemple de Palme d'or populaire; sacré à Cannes, globalement apprécié de la critique, ce film a connu un beau succès en salles et récolté moult autres prix. A l’opposé, Oncle Boonmee, du toujours adulé Apichatpong Weerasethakul, est malgré son triomphe sur la Croisette resté une œuvre confidentielle; encensée par la presse, elle n’a été que très peu vue. Contrairement au Prix Goncourt, qui est un formidable accélérateur de ventes, la Palme d'or ne garantit pas une meilleure visibilité. Si la Palme attribuée à Bong Joon-ho pour Parasite il y a deux ans a vu le Coréen enfin sortir du cercle des amateurs de cinéma de genre, celle décernée quelques années auparavant à Nuri Bilge Ceylan pour Winter Sleep n’a pas vu le Turc gagner beaucoup d’admirateurs supplémentaires.

Sur «Winter Sleep»: Voyage au bout de l’hiver