États-Unis

La Toile rêve Mark Zuckerberg président des Etats-Unis

Une visite surprise dans la Rust Belt, et voilà que les internautes relancent la candidature fantasme du fondateur de Facebook à la présidentielle de 2020. Que révèle cette rumeur?

Mark Zuckerberg, en pleine tournée promotionnelle? Il a suffi d’une visite surprise dans la Rust Belt, auprès d’un clan démocrate acquis à Donald Trump, pour faire resurgir la rumeur qui rêve le patron de Facebook en machine politique. A en croire les plus optimistes, le candidat préparerait le terrain dans la course à la présidentielle 2020. Success-story à lui seul, l’homme qui a régulièrement été accusé de jouer avec les algorithmes durant la campagne fascine autant qu’il exaspère.

«Un patron millionnaire n’explore pas de petites villes juste pour le plaisir», lâche @Tawnie. La vindicte résume l’état d’esprit des internautes. Certains s’en réjouissent, d’autres dénoncent une opération de communication.

En réalité, la tournée nationale du PDG de Facebook, immortalisée par un photographe, a démarré en janvier dernier. Un périple dans chacun des 50 Etats, à la rencontre de familles qui ont soutenu l’actuel président. Malgré les soupçons, Zuckerberg a toujours nié toute ambition politique, se contentant de relever que le pays se situe à un «moment charnière de son histoire».

«Mark voulait connaître nos difficultés»

Vendredi dernier, un convive inattendu a pris part au dîner des Moore, installés à Newton Falls, bourgade de l’Ohio proche de Cleveland. «Je ne m’attendais pas à ça, a confié Daniel Moore, au quotidien local The Vindicator of Youngstown. C’était complètement incroyable.» Le patriarche ajoute dans une vidéo: «Mark voulait connaître nos difficultés, alors nous avons discuté du chômage, du déclin de l’industrie, du pouvoir d’achat des classes moyennes.»

Lire aussi:  Chez les «gars concrets» de l’Ohio

Le choix de la Rust Belt n’est sans doute pas anodin. Archétype des villes industrielles déclassées, Youngstown a cristallisé le malaise américain au moment des élections. Sur la photo finale, trois générations attablées autour d’une table bariolée semblent en pleine discussion avec le fondateur de Facebook. Face caméra, Daniel Moore Jr clame, visiblement convaincu: «Mark veut entrer en connexion avec les communautés, il n’effectue pas une tournée politique.» Connecter les êtres humains, une devise qui dure.

Lire aussi:  Attaqué par Barack Obama, Mark Zuckerberg se défend

Durant la campagne présidentielle, Zuckerberg avait déjà laissé entrevoir ses opinions politiques. D’aucuns l’avaient alors accusé de manipuler l’opinion des foules à travers un filtre d’actualités ciblé. Au-delà de son influence, son rôle de bienfaiteur a été récemment souligné. En février, il déclarait dans un manifeste vouloir venir en aide à l’humanité. En septembre dernier, avec sa femme, il avait promis de verser 3 milliards de dollars sur dix ans pour soigner, prévenir et gérer toutes les maladies d’ici à la fin du siècle. Une approche de plus pour amasser des «likes»?

La tech sauvera-t-elle l’Amérique?

Zuckerberg peut compter sur un socle de partisans convaincus que la tech sauvera l’Amérique. «La différence entre Mark Zuckerberg et Donald Trump est que l’un est intelligent et philanthrope tandis que l’autre est président #today», lâche @JamieMBlanchard.

Quant à @Ethan_Booker, il le voit déjà premier «cyberprésident» américain. «Ce serait la cérémonie finale pour marquer la transition du pouvoir des banques vers la Silicon Valley», s’enthousiasme @Tesseraconteur.

Sceptique, @milkmuncher s’interroge: «Pouvez-vous imaginer à quel point ce serait bizarre d’utiliser Facebook si Mark Zuckerberg finissait par être candidat?» Et pour cause, relève @EricKleefeld: «Nous lui avons déjà cédé volontairement plus d’informations personnelles que la NSA pourrait en rêver.»

Puisque tout est permis, @mskiaabdi, chauffée à bloc, harangue alors: «Et pourquoi pas Oprah Winfrey ou Bill Gates?» On le voit, Twitter abrite les prédictions les plus farfelues. Qu’importent les démentis: cent jours à peine après le début du mandat de Trump, une partie de l’Amérique continue de voir en Mark Zuckerberg un homme providentiel.

Publicité