Sur le gril

Totem et saucisses

L’avis de la spécialiste sur les préliminaires à la sexualité? Tous les lundis de l’été, notre chroniqueur joue avec ce feu qui grille la viande

J’ai rendez-vous avec une sexologue pour parler barbecue. Belle et vaguement ennuyée, elle a de l’humour, mais des limites: «Surtout, ne citez pas mon nom!» Je me lance. Qu’est-ce que Freud aurait dit du barbecue? Elle soupire.

Dans la haute-bourgeoisie viennoise du XIXe, la pratique aurait été tout à fait irrecevable. Mais que lui aurait inspiré cette mode s’il avait pu l’observer? Ces pères nourriciers qui distribuent à leur entourage des saucisses, osons le mot, phalliques? La sexologue me regarde, navrée. Est-ce que le barbecue mettrait en scène le meurtre symbolique du père? On ingérerait le père, sous forme de saucisses? La sexologue pose sa tasse de thé qui fait «clong» sur la sous-tasse.

L’offrande de nourriture

«Vous devriez plutôt choisir une approche évolutionniste», tranche-t-elle. «Le mâle chassait et ramenait de la viande à la caverne pour sa femelle. Aujourd’hui, il ne chasse plus, donc il propose directement des grillades à sa partenaire, dans son jardin. L’offrande de nourriture est, chez les animaux, un préliminaire à la sexualité, le mâle prouvant qu’il est un bon parti.»

«Pratiquez-vous le barbecue?» m’interrompt-elle. Je botte en touche. Lorsque j’étais enfant, comme cadeau de Noël, j’avais convoité la panoplie complète du gril, une dînette avec un four et du charbon factices, de faux steaks et un épi de maïs en plastique. Mais j’avais préféré une planche à repasser en modèle réduit à la place. «Ah…» lâche-t-elle, sévère.

La psychanalyse lacanienne offre-t-elle des pistes pour penser le mot «barbecue»? Un mot plutôt ridicule, quand on y songe… «Lacan aurait creusé cette piste: faire un barbecue, c’est avoir de la barbe au cul.» Interdit, je me gratte la barbe, ce qui n’échappe pas à mon interlocutrice. C’est l’heure de sa prochaine consultation. «Vous savez où me joindre», annonce-t-elle en me raccompagnant à la porte. «Nous passerons du gril au divan.»


Chroniques précédentes

Publicité