Bien sûr, ça fait un tricheur de moins sur les sentiers impénétrables du Tour de France. Bien sûr, c'est la preuve que les méthodes de détection s'améliorent. Que la lutte antidopage, plus que jamais, fait sens. Tous les pourfendeurs de la fulgurance médicalement assistée ne manqueront pas de se féliciter du contrôle positif «subi» par Riccardo Ricco, bouquetin pétaradant stoppé hier en pleine chevauchée.

Un de moins, au suivant! Mailles du filet, étau, marge de manœuvre: tout semble se resserrer autour des irréductibles trafiquants d'exploits, qui moulinent aux confins de l'inconscience et de l'immoralité. Certains, à l'image de Patrice Clerc, président de la société organisatrice de la Grande Boucle, vont jusqu'à envisager une issue victorieuse au combat. L'être humain a besoin de rêver - c'est d'ailleurs en bonne partie pour cette raison que le sport de compétition et les héros qu'il fabrique existent. Mais franchement, comment croire encore, alors que nous fêtons cette année la dixième édition du «Tour du renouveau», ceux qui jurent leurs grands dieux que le cyclisme est sur la bonne voie?

Le fléau, on le sait, ne sera pas éradiqué en deux coups de cuillère à EPO. Les efforts déployés jusqu'ici sont certes louables. Mais passer le balai sur le palier, histoire de se donner bonne conscience et de rassurer les sponsors, ne suffit plus. Il faut, quitte à esquinter définitivement la légende, dégainer la pelle mécanique, piocher au cœur du problème, déterrer les cadavres et faire table rase de plusieurs décennies pourries par l'hypocrisie de tout un milieu.

Pourquoi, comment des gens comme Mauro Gianetti ou Bjarne Riis, par exemple, directeurs sportifs des armadas Saunier-Duval - exclue dans le sillage de Ricco - et CSC, exercent-ils encore? Deux excellents coureurs dans les sombres années 1990. Le premier a failli mourir dans un hôpital lausannois; le second a admis s'être chargé pour gagner, comme les autres. Aujourd'hui, ils transmettent leur expérience. Et cela ne peut plus durer. Page 11

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.