Le président de la République, Emmanuel Macron, célèbre ce jeudi, à Paris puis à Londres, le 80e anniversaire de l’appel du 18 juin de Charles de Gaulle. C’est l’occasion pour lui d’en appeler à l’unité de la nation, quand tous ses adversaires se disputent l’héritage du général, dit l’AFP. Pour commencer cette journée placée sous le signe de l’amitié franco-britannique, il se rendra aux Invalides, pour une visite du Musée de la Libération. Il y rencontrera Hubert Germain, 99 ans, l’un des quatre derniers Compagnons de la Libération, qui est pensionnaire aux Invalides.

Lire aussi:

Lire aussi:

D’ailleurs, à ce propos, le HuffingtonPost.fr dit que «l’Elysée confond les «3 de Gaulle» (et [que] ça fait tiquer les historiens)». «Aux premières loges des préparatifs», un chercheur demeuré anonyme «fait part de son étonnement»: «Il y a un lien assez grossier entre le de Gaulle de Montcornet, le de Gaulle du 18 juin et le de Gaulle de la Ve République. […] Emmanuel Macron va s’entretenir avec Hubert Germain dans la salle De-Gaulle. […] Or, c’est une salle qui présente beaucoup d’objets liés au de Gaulle président. On a l’impression que ce mélange incohérent vise surtout à insérer l’actuel chef de l’Etat dans ce récit.» Mais il n’est pas le seul dans ce cas, à en croire la chaîne LCI, qui parle de la «visite mouvementée», mercredi, de Marine Le Pen à l’île de Sein: