On ne raconte pas assez les succès tardifs. On: les médias, les fictions, tous les véhicules de l’imaginaire collectif. On ne dit pas assez que la vie est longue, faite de temps successifs, tous importants, tous constitutifs. Sauf pour parler de malheur, on ne dit jamais «le plus tard sera le mieux».