Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Kim Jong-un et Donald Trump. Singapour, 12 juin 2018.
© Kevin Lim/AFP PHOTO

Editorial

Le triomphe de Kim, le mérite de Trump

EDITORIAL. Le sommet de Singapour est une excellente opération pour ses deux protagonistes. Kim Jong-un entre dans la cour des grands. Donald Trump réalise une opération de communication parfaite à la veille des élections du «midterm». Pour la paix, il faudra encore patienter

Il est des sommets diplomatiques dont l’unique réussite tient au simple fait qu’ils ont lieu. La rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un fait indéniablement partie de cette catégorie. Jusqu’au dernier moment, en effet, des doutes persistaient sur le déroulé des entretiens de Singapour étant donné la personnalité imprévisible des acteurs en présence. Finalement, dans un décor de château de conte de fées, il n’y a pas eu de fausse note. Si le communiqué signé par les deux présidents est des plus creux, leur poignée de main n’en est pas moins historique. Ils ont l’un et l’autre réussi leur coup.

Lire aussi: Donald Trump: «La Corée du Nord a déjà commencé à détruire certains sites nucléaires»

A y regarder de plus près, le principal bénéficiaire de cette opération est clairement Kim Jong-un. Considéré il y a peu comme un paria, jugé fou par certains, le voici traité d’égal à égal par le président des Etats-Unis. En quelques mois, le jeune leader nord-coréen, dont le programme nucléaire menaçait la paix mondiale, s’est imposé comme un interlocuteur respectable, un leader crédible, un stratège hors norme, courtisé par toutes les grandes puissances.

Lire également: Entre Donald Trump et Kim Jong-un, un sommet de promesses

Carton plein pour Kim

Sans rien lâcher sur le papier – en dehors de la vague promesse d’une dénucléarisation de la péninsule coréenne – Kim Jong-un a obtenu de Donald Trump un engagement écrit garantissant sa sécurité ainsi qu’une déclaration orale évoquant l’arrêt des manœuvres militaires américaines et, plus important, le retrait des troupes américaines de Corée du Sud. L’ancien étudiant de Berne à la tête du dernier régime totalitaire fait carton plein. Qui dit mieux? L’arme nucléaire a du bon…

À ce sujet: Sommet Kim-Trump: les grosses concessions du président américain

Donald Trump, pour sa part, peut se targuer d’avoir engagé un dialogue qui pourrait clore le dernier chapitre non réglé de la guerre froide. A l’exception du Japon, tout le monde l’encourage dans cette voie, mais pour des raisons bien différentes. La Corée du Sud aspire à une paix sincère. La Chine et la Russie y voient une opportunité pour réduire la présence américaine dans l’Est asiatique.

Savoir tendre la main

Le principal mérite du président américain, à ce stade, est d’avoir su saisir la main tendue de Kim Jong-un. Un peu à la manière d’un Ronald Reagan répondant aux sollicitations de Mikhaïl Gorbatchev, même si les contextes sont fort différents. Cela n’allait pas de soi. C’est ainsi que la confiance, indispensable ingrédient pour avancer vers un accord de paix, pourrait s’établir.

Lire aussi: Iran et Corée du Nord: le deux poids deux mesures de Donald Trump

A la lecture du communiqué de Singapour, on comprend que tout reste à faire, que l’on n’est qu’au début d’un processus qui devrait durer des années. Il y aura de multiples occasions de déraillement dans les mois à venir. Mais pour Donald Trump, c’est mission accomplie. A la veille des élections du «midterm», qui s’annoncent désastreuses, il peut faire valoir une victoire diplomatique majeure. Alors qu’il vient de briser le «mauvais accord» nucléaire avec l’Iran, il promet le «meilleur des accords» nucléaires avec Pyongyang. Difficile à avaler? Sauf pour ses électeurs, prêts à se remobiliser.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)