Forcément. Le trou. Le seul, si j’ose dire. Celui dans lequel toutes les affaires courantes ont disparu depuis mardi. Un trou s’est formé sous la voie ferrée à Tolochenaz et tout s’est arrêté. Comment voulez-vous que je vous parle d’autre chose? Il y a tout dans ce trou. Et plus encore. Allons jeter un œil.