Planète éco

Trump s'en prend aux dirigeants de la Fed

OPINION. La remise en cause par Trump des dirigeants de la banque centrale des Etats-Unis a un caractère historique, écrit notre chroniqueur Charles Wyplosz

Trump avait promis «d’assécher les marais de Washington». Depuis le début de sa présidence, il a généralement choisi des responsables opposés à la mission qui leur est confiée: des climatosceptiques à la tête du Ministère de l’environnement, des anti-globalisation en charge de la politique commerciale, etc. Ses choix pour la direction collégiale de la banque centrale faisaient exception. Ses candidats étaient certes un cran en dessous de ceux qu’ils remplaçaient, mais ils étaient respectables. Ses deux dernières nominations – qui doivent être confirmées par le Congrès – semblent mettre un terme à cette miraculeuse modération.

Une banque centrale sous influence

Avait-il compris que la politique monétaire est un sujet trop sensible pour être traitée comme les autres questions? On pouvait l’espérer, d’autant plus que le dollar est, de fait, la monnaie du monde entier. Les premiers signaux inquiétants sont apparus lorsqu’il a reproché à la Réserve fédérale d’étrangler la croissance en remontant les taux d’intérêt, reproche qu’il vient de réitérer. Après dix ans de croissance, un ralentissement devait bien arriver et il semble arriver au pire moment pour Trump, celui de sa réélection. Ses nominations concernent des personnes peu qualifiées mais qui ont exprimé leur hostilité à la politique suivie par la Réserve fédérale.