A lire en parallèle: Le terrorisme n'a pas de nationalité, ni d’ethnicité, ni de religion, FETO menace l'humanité toute entière, par le ministre des Affaires étrangères turc, Mevlüt Çavuşoğlu

Voilà comment je concluais l’article que Le Monde m’a commandé après le 15 juillet 2016: «Après l’avortement du coup d’Etat militaire, la Turquie ne sera pas plus démocratique, comme des déclarations de l’intérieur et de l’étranger le sous-entendent maladroitement. La balance politique turque n’oscille plus depuis longtemps entre la démocratie et la dictature mais entre deux façons dictatoriales. En effet le régime se sent à présent renforcé pour imposer constitutionnellement le système hyperprésidentiel à la Poutine sans freins ni contrepouvoirs.»