Éditorial

Twint et Apple Pay: ne pas oublier l’intérêt du client

ÉDITORIAL. La création de l’application de paiement mobile a répondu à l’urgence d’avoir une solution suisse face à la concurrence étrangère. Au risque, peut-être, d’oublier que l’essentiel est d’offrir un service de qualité

Une «course contre la montre face à Apple». En 2015, Alexandre Zeller, alors président de la bourse suisse, avait prévenu du danger: la place financière se devait de fabriquer une solution de paiement mobile à offrir à ses résidents avant que les géants de la tech déboulent et s’octroient tout le marché.

Lire également: Entre Apple et les banques suisses, la guerre est déclarée

Il y avait là un enjeu tout à fait stratégique: comment une place financière, parmi les plus importantes du monde, pouvait-elle envisager de laisser à des acteurs étrangers, qui plus est hors de leur secteur, le monopole d’un système aussi central que le paiement par smartphone? Et, avec, l’accès à une mine d’informations illimitée sur nos habitudes de consommation? Ce, alors que la puissance des géants de la tech dans nombre de domaines est déjà effrayante.

Lire aussi: «La place financière suisse est engagée dans une course contre la montre face à Apple»

Née d’une urgence

Non sans bataille d’ego, l’application Twint est née de cette urgence. Or, aujourd’hui, plusieurs banques sont soupçonnées de l’avoir favorisée au détriment de solutions concurrentes. La Comco, qui a annoncé jeudi avoir perquisitionné plusieurs établissements, dira si elles ont effectivement mis des obstacles au développement d’Apple Pay ou de Samsung Pay.

Lire aussi: Les banques suisses soupçonnées de protéger Twint au détriment d’Apple Pay

Ironie de l’affaire, Twint peine à décoller. Certes, c’est l’application la plus téléchargée et utilisée pour des paiements en Suisse – largement devant celles d’Apple et de Samsung – et les chiffres progressent. Mais les études récentes montrent que son usage reste le plus souvent marginal. La plupart des consommateurs peinent à voir la plus-value de ces solutions, face à leurs cartes de débit ou de crédit habituelles, agrémentées du paiement sans contact. Seul vrai avantage: la possibilité de transférer rapidement et simplement de l’argent.

Trop compliqué

Les critiques à son égard sont aussi vieilles que son existence: Twint n’offre pas suffisamment d’incitations, qu’il s’agisse de réductions, coupons ou autres, et reste trop compliqué à utiliser. Des faiblesses auxquelles il semble pourtant facile de remédier.

Pour l’instant, il faut espérer que les concepteurs de Twint, qui avaient l’avantage du terrain et du timing, se sont battus et continuent à se battre à la régulière pour convaincre leurs clients, c’est-à-dire avec des arguments commerciaux face à des solutions qui ne sont d’ailleurs pas parfaites non plus. Il faut aussi espérer que, si Apple abuse de sa domination pour imposer ses conditions, il sera lui aussi épinglé. Car une application suisse, aussi stratégique qu’elle soit, n’a de raison d’être que si elle offre le meilleur service possible au client.

Publicité