Revue de presse

La twittosphère consternée par le niveau du spectacle de l’entre-deux-tours en France

Le dernier débat de la présidentielle française entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen mercredi soir à la télévision? Un festival d’invectives auquel les réseaux sociaux n’ont pas été insensibles

Cacophonie, simagrées, pugilat décousu, débat hors de contrôle, avalanche d’intox, foire d’empoigne, stratégie de pourrissement de l’adversaire dans une passe d’armes irraisonnée sans même de punchline bien sentie, comme le montrent les nombreux extraits visibles sur YouTube et le dessin sans concession que Philippe Morelle a publié sur sa page Facebook. Celui-ci a beaucoup plu: «Macron est vraiment brillantissime. Il bouffe Le Pen toute crue sur les thématiques économiques. Elle insulte, il explique», commente l’un. «Superbement décrit! C’est tout à fait cela! La haine et le venin de Le Pen sont durs à supporter!» répond une autre:

Notre analyse: Le Pen-Macron, le débat le plus violent de la Ve République

Non, à quatre jours du second tour de la présidentielle française, les internautes ne sont pas tendres à propos du spectacle télévisé offert mercredi soir par les deux finalistes, le centriste Emmanuel Macron et la candidate de l’extrême droite Marine Le Pen, sur TF1 et France 2. Au point que «l’air agacé» de l’animatrice Nathalie Saint-Cricq «est même devenu […] un bon résumé de l’émission» que vilipende Europe 1/Le JDD:

On dit «spectacle», car on peine à qualifier de «débat» ce festival de «mauvaises imitations et invectives incessantes», «épouvantable» aux yeux de Challenges, «mal maîtrisé par les journalistes. Et que de confusion du côté de Marine Le Pen»! Selon Le Huffington Post, «l’histoire ne retiendra pas grand-chose de ce duel d’entre-deux-tours». Des commentaires sur le site de France Télévisions, on ne choisira que celui-ci: «Le grand débat, sérieusement? Quand vous allez voir un navet au cinéma, vous appelez ça du grand art? J’aime bien Disney, mais quand même. Ces charlots nous ont offert le pire débat de second tour de la Ve République.»

Prenons simplement ce gif de Marine Le Pen, qui résume parfaitement le désastre: soudain, à la fin du show, elle «fit une imitation clownesque sous le regard ébahi de son concurrent» qui eût pu fustiger les militants lepénistes durant la campagne, à coups d'«Ils sont là… dans les campagnes… les villes, sur les réseaux sociaux, les envahisseurs»:

Dans l’ensemble, c’est d’elle que les internautes ont le plus parlé sur Twitter, selon Le Figaro, pour fustiger son attitude, principalement, agressive et bien peu soucieuse de convaincre au-delà de ses fans acquis. D’après la plateforme de veille Visibrain, c’est son expression «jouer à l’élève et au professeur» qui a le plus agité les microblogueurs, à en croire cette timeline, avec ses hauts et ses bas:

Le Télégramme de Morlaix propose, lui, un échantillon des réactions des politiciens français. Sachant que l’environnement a par exemple été le grand absent du débat, la ministre actuellement chargée de ce dossier a entendu «des arguments contre des insultes» et «un programme contre des anathèmes». Si, pour Ségolène Royal, le débat a été «brillamment gagné par Emmanuel Macron», le vice-président du Front national l’a, lui, sans surprise, qualifié de candidat de «la France soumise», alors que Nicolas Dupont-Aignan, candidat de Debout la France et potentiel futur locataire de Matignon, a campé sur ses positions, pendant que Cécile Duflot perdait ses nerfs:

Quant au magazine people Closer, il a fait le tour des popotes du show-biz et titre: «Les stars commentent le débat sur Twitter… et ça taille!» On en sélectionne ici la crème de la crème, à l’instar d’Estelle Denis, qui «switchait entre le débat et le match de la Ligue des champions opposant Monaco et la Juventus de Turin»:

Pour Gala, enfin, «les premières réac­tions sont […] arri­vées en ligne avant même que le top départ n’ait été donné». Alors que le site BuzzFeed lançait «comme à son habi­tude le bingo de la soirée de débat, regrou­pant les éven­tuels argu­ments des candi­dats, énor­mé­ment de messages mili­tants soute­nant Marine Le Pen ou Emma­nuel Macron voient le jour en ligne. Au milieu de ce défer­le­ment de tweets poli­tiques, quelques perles char­gées d’humour»:

Publicité