Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Sibel Arslan, écologiste bâloise, en compagnie de Simonetta Sommaruga. (Keystone)
© ALESSANDRO DELLA VALLE

Revue de presse

La twittosphère des jeunes écologistes pleure: le congé parental est balayé

Une motion de l'écologiste bâloise Sibel Arslan se fait doucher au National: elle préconisait un congé parental de 18 mois dont six qu'aurait pu prendre le père. Sur Twitter, la jeune génération soupire

Le parlement a-t-il la fibre sociétale? A en juger par les décisions qu'il prend ces jours, on peut en douter fortement: les femmes en savent quelque chose, que les conseillers nationaux prient désormais de ne prendre leur retraite ordinaire qu'à 65 ans révolu.

Lire aussi:  La retraite à 65 ans pour les femmes: les réseaux frémissent d'irritation

Cette semaine, le parlement aura douché une autre avancée sociale que préconisait une motion écologiste: celle d'un congé parental de 18 mois dont six qu'aurait pu prendre le père. Trop cher a estimé le National. Trop cher a plaidé, lui aussi, le Conseil fédéral, en la personne d'Alain Berset.

Du coup, il ne reste plus, à la jeune génération des politiciens écolo que leurs yeux et Twitter pour pleurer. En allemand, congé parental se dit «Elternzeit» et «l'âge de pierre», «Steinzeit». Il n'en faut donc pas plus à une jeune politicienne verte bâloise, Leena Schmitter pour lancer, dépitée le jeu de mots: «L'âge de pierre au lieu du congé parental», «Steinzeit statt Elternzeit»:

«Le jeu de mots était trop irrésistible», ajoute quelques tweets plus loin la jeune historienne, mais… Mais la dérouillée est crucifiante. Heidi Mück, co-présidente de BastA!, un groupe alternatif bâlois s'écrie, à l'adresse des écologistes du parlement: «Ce doit être une frustration immense que de siéger dans ces travées!»:

 «Cela n'est en l'espèce pas spécialement simple», lui répond la motionnaire, Sibel Arslan, qui a par ailleurs le don de rendre hystérique l'UDC, «mais nous continuons à nous battre!»:

Quant à Daniel Graf, il fulmine, singulièrement dépité, que la décision du National ne fasse même pas les titres de la presse suisse alémanique:

Il n'a pas tort, ce lobbyiste agitateur d'idées impénitent des causes alternatives (sous la bannière de gamechanger): il faut en effet s'user beaucoup la rétine pour trouver, dans la presse alémanique un écho substantiel de cette discussion. C'est donc un twittos suisse romand que Daniel Graf cite: le jeune Thibault Vultier, qui se décrit comme père de famille, citoyen engagé et qui cite lui-même un article de notre confrère 20 minutes:

Décidément, oui, le parlement suisse n'a pas la fibre sociétale. On ajoutera qu'il ne l'a pas non plus spécialement bonne à l'endroit des jeunes générations. «Ça vous étonne? Mais c'est comme ça» aurait ajouté Serge Gainsbourg...

Lire aussi: Ces dix élus qui montent au parlement fédéral

L'ATS, dans son article sur le débat, conclut: «Aucun droit au congé paternité n'existe en Suisse. Lors de la naissance de son enfant, le père peut éventuellement prendre un jour de «congé usuel». La situation varie beaucoup selon les entreprises, les plus généreuses offrant jusqu'à trois semaines. Dans l'administration fédérale, les nouveaux pères bénéficient de 5 jours, et entre 3 et 5 jours sur le plan cantonal.». Dont acte, comme le suggère cette twittos suisse alémanique qui pointe, en vert sur sa carte, les pays qui octroient quelque chose de substantiel aux pères. On peut rêver:

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)