Digitale attitude

Typographie: le Web devient vraiment illisible

L’usage de plus en plus répandu de typographies trop fines par les graphistes rend Internet moins «démocratique», en prenant le risque d’exclure les personnes âgées et/ou handicapées de la vue. Il faut lutter contre cette tendance, soutient notre chroniqueuse

Si vous avez de la peine à lire un texte sur votre écran et que vous craignez que votre vue ne soit en train de baisser, rassurez-vous, ce n’est pas forcément le cas. Car Internet est en train de devenir illisible en raison d’une nouvelle tendance de la part des graphistes à choisir des typographies «light» ou «thin».

Frustré, Kevin Marks, un blogueur réputé, a commencé à analyser l’affichage de pages sur le Web. Selon ses propos sur Backchannel puis rapportés par le Telegraph, de nombreux sites utilisent des polices de caractères légères, maigres ou de couleur grise, affichant un contraste moins marqué qu’une typo classique, noire sur fond blanc. Et les géants du Web comme Apple, Google et Twitter seraient les premiers coupables.

Des risques de tension oculaire

The Web Accessibility Initiative avait introduit, en 2008, un ratio définissant la facilité de lecture d’un site Web. «Si le texte et le fond d’écran sont de la même couleur, alors le ratio serait de 1.1. Pour un texte noir sur fond blanc, ou inversement, le ratio est maximal, à 21.1.» Apple recommande une valeur de 7.1, mais n’observe pas pour autant cette ligne directrice.

Des guides de référence tels le Manuel de typographie (Typography Handbook) sont revenus eux aussi sur le principe qu’ils avaient de favoriser un trop grand contraste, par crainte de créer, à la longue, une tension oculaire et de rendre la lecture difficile aux personnes dyslexiques. De plus, de nombreux appareils permettent d’afficher aujourd’hui un «Night Shift» (mode nuit), où les fonds d’écran changent de couleur en fin de journée pour remplacer la lumière bleue qui empêche le sommeil, mais qui péjore la lisibilité.

Lire aussi: Nous avons testé… les lunettes de sommeil

«Le pouvoir du Web est dans son universalité», a écrit Tim Berners-Lee, l’inventeur du World Wide Web et directeur du consortium WWW. «L’accès pour tous, quel que soit son handicap, est un aspect essentiel.» Mais si les pages du Web continuent à afficher des typos difficiles à décrypter, son accès ouvert et universel en sera réduit, par l’exclusion de personnes âgées ou malvoyantes et de ceux qui ne possèdent pas un écran de bonne qualité.

Aujourd’hui, on compte sur Internet pour être informé et accéder à des services essentiels. S’assurer que tout le monde peut consulter ce qui s’y trouve est primordial.

Publicité