Le difficile début du chemin de paix

Déjà une fois au moins, dans l’histoire récente de l’Europe, la guerre a fini par atteindre aussi ceux qui avaient cherché à l’éviter par toutes sortes de concessions face à l’agresseur.

En toute conscience, nous ne pouvons pas dire que l’actuelle agression de l’Ukraine ne nous concerne pas, qu’elle n’est pas notre affaire. Il ne s’agit pas de sauver la paix, elle n’existe plus.

Il s’agit de préparer des bases solides pour la paix à bâtir. En attendant cela, il ne faut pas que l’indifférence et le souci de notre confort nous rendent complices du mal.

Nous, citoyens des pays libres, sommes en mesure d’influencer le cours des choses, à condition d’être prêts à en supporter le coût. Cela implique notre acceptation, dès aujourd’hui, d’éventuelles difficultés dans notre quotidien, y compris une baisse du niveau de vie. De cette manière, nous tenons à exprimer notre solidarité avec le peuple ukrainien et à donner à nos gouvernements les coudées franches pour prendre des mesures plus radicales à l’encontre de l’autocratie qui a décidé l’agression, de ses soutiens politiques et de ses armées. Il ne s’agit pas ici de fomenter l’action militaire. Nos politiciens, leurs conseillers et états-majors savent très bien quelles sanctions seraient plus efficaces, et plus douloureuses que celles approuvées jusqu’à ce jour. Nous voulons encourager nos gouvernements à prendre de telles mesures pour défendre dès aujourd’hui l’indépendance de l’Ukraine et la liberté de ses citoyens.

Il est important de souligner qu’il ne s’agit pas de prendre pour cible le peuple russe, mais seulement d’atteindre les forces qui, avec ses dirigeants en tête, recourent à la contrainte et aux armes dès que quelqu’un ne partage pas leur vision du monde. Nous savons aussi qu’il y a en Russie beaucoup de personnes qui souffrent de cette situation. Nous voulons les encourager à se faire entendre aussi à travers notre voix.

L’appel à signer

Les tanks dans les rues de Kiev menacent les libertés les plus fondamentales, celles des Ukrainiens et les nôtres. Voulons-nous rester impuissants face à la guerre en Ukraine?

Un groupe réuni autour de l’Association internationale pour l’enseignement social chrétien (AIESC) de la Plateforme Dignité et Développement (PD&D) et de l’Association Humanisme et Solidarité appelle nos gouvernements à agir de manière plus appuyée à l’encontre de l’agresseur au nom de la solidarité avec l’Ukraine et au nom des valeurs fondamentales de notre civilisation.

Toute personne de bonne volonté (quelles que soient ses options en matière religieuse et politique) souhaitant se joindre à cet appel est priée de le faire via le formulaire de contact sur les sites de l’AIESC (https://www.aiesc.net/contact/)

ou de la PD&D https://dignitedeveloppement.ch/rejoignez-nous/contact/formulaire-contact/

Stephen W. Angell (Richmond, IN Etats-Unis), Christophe Arvanitis (Heraklion – Grèce), Claude & Geneviève Auroi (Genève – Suisse), Valerio Bruno (Milan – Italie), Dominique de Buman (Fribourg – Suisse), Nicolas Buttet (St Joire – France), Pierre Coulange (Vénasque – France), Marysia Dembinski (Chichester – Grande Bretagne), Paul H. & Dominique Dembinski (Genève, Fribourg – Suisse), Claude Diday (Lausanne – Suisse), Edouard & Briget Dommen (Genève – Suisse), Anne Estreicher (Genève – Suisse), Madeleine Duc (Fribourg – Suisse), Laurent Falque (Lille – France), Raymond B. Goudjo (Cotonou – Bénin), Justin Cantuar, Archevêque de Canterbury (Londres – Grande Bretagne), André Kolly (Lausanne – Suisse), Cezary Koscielniak (Poznan – Pologne), Bertrand Loze (Genève – Suisse), Charles Margue (Luxembourg), Daniel Meyer (Fribourg – Suisse), Balazs M. Mezei (Budapest – Hongrie), Jean-Nicolas & Hélène Moreau (Dordogne – France), Charles Morerod OP (Lausanne-Genève-Fribourg – Suisse), Jacques Neirynk (Lausanne – Suisse), Miroslav Novak (Prague – République tchèque), Pascal Ortelli (St Maurice – Suisse), Marcin Przeciszewski (Varsovie – Pologne), Jacques-Benoît Rauscher OP (Fribourg – Suisse), Bruno Roche (Genève – Suisse), Manfred Spieker (Osnabrueck – Allemagne), Christoph Stueckelberger (Zurich, Genève – Suisse), Zdzislaw Szmanda OP (Genève – Suisse), Christos Tsironis (Thessalonique – Grèce), Andrea Wassmer (Fribourg – Suisse), Dominique de Werra (Lausanne – Suisse)

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.