Dans une expérience pour le moins étrange, la BBC a réalisé un court métrage qui varie selon le profil du spectateur. Ainsi, le film que vous verrez, sera différent de celui que verra votre voisin. Pour ce projet, la chaîne de télévision britannique a développé une application mobile qui une fois téléchargée, récolte certaines données dans le téléphone de l’utilisateur. Elle parcours son catalogue de musique pour comprendre ses goûts, pose une série de questions pour cerner sa personnalité: est-il créatif, paresseux, travailleur, timide, têtu, nerveux? est-ce un homme ou une femme? quel est son âge?

Toutes ces informations récoltées sont stockées dans un serveur à distance et définiront quels éléments du fil narrateur correspondent le mieux à cet individu. L’application ne va pas pêcher des photos de famille dans votre smartphone pour les faire paraître dans le film – cela ne va pas si loin – mais définit plutôt, avec quelques données, l’atmosphère du film qui vous correspond le mieux.

L’action pourrait donc se dérouler d’une manière ou d’une autre, un personnage masculin ou féminin pourrait apparaître plus ou moins souvent et certaines scènes pourraient être supprimées ou non. Au delà de la trame, changeante, de l’histoire, l’expérience visuelle pourrait également être altérée en modifiant les nuances des couleurs à l’écran. Et la musique du film, puisée dans votre playlist, correspondre exactement à ce que vous aimez.

La BBC estime que cette expérience, appelée «visual perceptive media», dont les données proviennent pour le moment uniquement d’un téléphone, pourrait à l’avenir être puisées à d’autres sources, afin que le scénario se personnalise davantage.

Netflix a fait une expérience similaire lors du lancement de la première saison de la série House of Cards, en créant dix versions différentes de sa bande-annonce. Le spectateur qui cliquait sur la vidéo se voyait attribuer la version qui correspondait au plus prêt à son profil et à ses habitudes télévisuelles.

L’idée de personnaliser un film est intrigante mais aussi, dérangeante. Et surtout, que deviendra le plaisir de le partager et de le commenter, si nous faisons chacun l’expérience d’une version différente?

Le Temps publie des chroniques et des tribunes – ces dernières sont proposées à des personnalités ou sollicitées par elles. Qu’elles soient écrites par des membres de sa rédaction s’exprimant en leur nom propre ou par des personnes extérieures, ces opinions reflètent le point de vue de leurs autrices et auteurs. Elles ne représentent nullement la position du titre.