«Je suis pour un féminisme conquérant… un féminisme exigeant, non violent qui se fait avec les hommes. Le féminisme victimaire n’est pas le mien. Ce n’est pas dans la scission ou l’opposition que l’on avance.» Ces mots d’Elisabeth Badinter, qui se confiait sur le féminisme dans une interview à Femme Actuelle (8 mars 2021), résonnent. Ils mettent en avant le besoin de se battre pour des objectifs conquérants, tels que revoir les règles sociales, revendiquer l’égalité salariale, casser le plafond de verre pour les femmes managers. Pour y arriver, il faut pouvoir offrir des conditions-cadres qui permettent d’atteindre ces objectifs. Il faut également encourager un changement culturel où une meilleure représentation des femmes est perçue comme bénéfique pour toutes et tous. Trop souvent encore l’idée persiste que le décideur doit être un homme. La légitimité d’une femme est encore trop facilement mise en doute. Mais comment inciter au changement?