Marioupol, Karkhiv, Kehrson: ces noms résonnent tragiquement dans notre actualité guerrière et ont été hissés au rang de symboles de l’héroïque combat pour leur liberté que mènent les Ukrainiens face à l’invasion russe. L’Ukraine, terre d’innombrables drames, terre si fertile mais affamée par l’«holodomor» stalinien, cette catastrophique famine qui anéantit la contrée dans les années 30, puis dévastée pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais la malédiction ukrainienne étendit déjà ses rets sinistres au lendemain de la Première Guerre mondiale.