Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
George Clooney, en mai 2015.
© Yoshikazu Tsuno

Revue de presse

Un peu hypocrite, George Clooney balance entre Clinton et Sanders

L’acteur américain se dit «grand fan» de l’ex-secrétaire d’Etat. Mais il critique les «sommes indécentes» récoltées pour sa campagne, à laquelle il contribue lui-même «par nécessité». Du coup, il soutient aussi l’argumentaire de Bernie Sanders. Le slalom est acrobatique

Le démocrate américain Bernie Sanders joue probablement la dernière carte de son ambition présidentielle lors des primaires de New York ce mardi, où Hillary Clinton et Donald Trump sont donnés largement favoris. Mais ce dont tout le monde parle depuis dimanche, ce sont les déclarations tortueuses de l’hyperacteur George Clooney. Qui, bien que soutien de la première heure de la candidate de l’establishment, reconnaît les sommes «indécentes» engagées dans ces élections (voir les chiffres précis donnés par Europe 1). Ce qui se situe exactement dans la ligne politique de Sanders, le rival de l’ex-secrétaire d’Etat de Barack Obama.

Attitude ambiguë? Dilemme cornélien? «Je suis un de ses grands fans», a expliqué l’acteur en évoquant Hillary Clinton au cours de l’émission Meet the Press de la chaîne NBC. «Mais je veux aussi dire ceci: j’aime vraiment Bernie et je pense que ce qu’il dit dans cette campagne est important si vous êtes un démocrate». En clair, interrogé sur les sommes levées lors de dîners avec de richissimes donateurs, comme celui qu’il a organisé vendredi à San Francisco en faveur de l’ex-First Lady, l’acteur a jugé qu’il s’agissait effectivement de montants «obscènes».

Lire aussi: Les liens compromettants d’Hillary Clinton à Wall Street

«C’est ridicule qu’il y ait de telles sommes d’argent en politique, je suis d’accord», dit-il. Pour contrer Donald Trump, il faut dire que George Clooney avait «vu les choses en grand. Pour parti­ci­per à la soirée, les invi­tés devaient payer de 33 400 à 353 400 dollars». Ce maximum étant réservé à ceux qui pouvaient avoir une chance d’échanger quelques fins propos avec la star ou avec sa femme, Amal, selon le Guar­dian, cité par Gala.

Pas fou, Clooney a cependant insisté sur le fait que la façon de mettre fin à cette situation était de modifier la loi et que le meilleur moyen d’y parvenir était que le Sénat passe en mains démocrates. D’où la nécessité, martèle-t-il, de lever des fonds pour ces derniers. Quant à Bernie Sanders, il a tout naturellement salué «l’honnêteté» de l’acteur américain, en répétant sur CNN que c’était là «le sujet central de la politique américaine aujourd’hui».

En gros, donc, Clooney dénonce ces levées de fonds tout en les justifiant, comme l’écrit Le Monde. Position acrobatique qui fait dire au Point que «dans le camp d’Hillary Clinton, […] on doit se souvenir aujourd’hui de la phrase de Voltaire»: «Occupez-vous de mes amis; mes ennemis, je m’en charge.» Après son délicieux récit de la soirée mondaine californienne, le magazine français rappelle ainsi qu'«un des principaux arguments de Bernie Sanders est précisément de reprocher à Hillary Clinton de faire campagne avec l’argent de Wall Street et de continuer, en politique, ce qu’elle fait depuis des années, avec Bill, son mari: amasser des fonds, aux montants énormes, sans trop se soucier de leur provenance. Même douteuse. Même étrangère.»

De fait, l’acteur a donc aussi «critiqué Hillary Clinton pour ne pas avoir assez bien expliqué où va l’argent qu’elle récolte», selon Le Huffington Post Québec. Le gros de cet manne? «Il finira par être dépensé dans des luttes électorales moins importantes, notamment celle du Sénat, dit-il, qui devra confirmer les candidats choisis par le prochain président pour siéger à la Cour suprême.» Car «si le siège actuellement vacant au plus haut tribunal du pays finit par être occupé par le bon juge, les campagnes politiques pourraient se débarrasser de cette quantité d’argent «obscène et ridicule» [il insiste], afin que je n’aie plus jamais à participer à des collectes de fonds.» Plus jamais? Caméra cachée:

Sur la page Facebook George Clooney official, toute l’histoire n’a pas échappé à un internaute impertinent, qui propose à l’acteur de tourner un nouveau film – «de science-fiction» – dont «l’action se déroulerait dans un pays démocratique où aurait lieu une élection démocratique»: «Ainsi, avec le 1% des gens qui sont vos amis corrompus, vous pourriez continuer à organiser des dîners de bienfaisance tout en vous moquant des autres 99%»…

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)