George Orwell reprochait au milieu des intellectuels de vouloir effacer le réel pour ne s’intéresser qu’à l’idée. Cette faiblesse, qui fonde les plus décevantes illusions, est aussi celle des penseurs médiocres, des utopistes et des opportunistes de toutes sortes. Les multiples appels à l’avènement d’un monde nouveau, «d’après-Covid», illustrent bien le phénomène mis en évidence il y a près d’un siècle par l’écrivain et chroniqueur anglais.

Lire aussi la chronique: Prophéties d’après-crise