Conférence de conciliation

Un nouveau remède miracle à la hausse des primes: vous faire payer (encore) plus

OPINION. En Suisse, les assurés paient déjà la part privée la plus élevée des pays de l’OCDE pour couvrir leurs frais de santé. Et ça augmente encore. Face à ça, que nous propose-t-on? D’augmenter encore… la part payée par les assurés

Cette année, les augmentations de primes étaient censées faire moins mal. Presque au niveau de l’inflation. Pour une fois depuis longtemps, une toute petite pilule sans risque d’étranglement. Pourtant ces jours-ci, nombre de Romands ressentent un arrière-goût d’autant plus amer qu’il était inattendu. En particulier les assurés ayant opté pour des modèles avec des restrictions, et des franchises élevées. Dix, 12 et même 14% de hausse. Cet effet retard n’était pas vraiment indiqué sur la notice de l’Office fédéral, qui annonçait fièrement une hausse «inférieure à la moyenne des années précédentes».

Trois piqûres, un principe actif

La semaine dernière, la majorité de la Commission de la santé a, elle, élaboré son remède. Pour commencer, permettre au Conseil fédéral d’augmenter toutes les franchises de 50 francs, à certaines conditions. Ensuite, faire passer la franchise minimale de 300 à 500 francs. Enfin, bloquer les assurés trois ans dans leur franchise. Trois piqûres, un même principe actif: faire passer l’augmentation des coûts à charge de l’assurance pour un problème dû aux assurés.

Merci à Berne

Pour les partis bourgeois, il ne s’agit en effet pas d’un traitement de choc, mais simplement de… «sensibiliser les assurés aux coûts». Ceux-ci remercient leurs représentants à Berne. Lorsque précisément ceux qui prennent davantage de responsabilités avec un modèle alternatif et une franchise élevée reçoivent les hausses les plus massives, c’est évidemment un peu plus de «sensibilisation aux coûts» qu’il n'en faut! Simple, mais il suffisait d’y penser.

Transfert de culpabilité

Ironie mise à part, le transfert de la culpabilité vers les seuls assurés n’est qu’une démission politique, une solution de facilité qui réduit aussi la pression pour les vraies réformes nécessaires dans le système. Puiser davantage dans le porte-monnaie des gens n’est pas une idée nouvelle. Elle est mise en œuvre depuis vingt ans! Sans compter qu’elle frappe très différemment les assurés selon leur niveau de revenu, ce qui est injuste et limite aussi son effet concret.

En médecine, la sensibilisation est le phénomène par lequel l’organisme développe une réaction spécifique au contact avec un agent extérieur donné. Si aux hausses de primes viennent s’ajouter des hausses et des blocages de franchise, c’est carrément l’inflammation qui menace. Quand est-ce qu’on change de toubibs?


Chronique précédente

Contre le réchauffement, la prise de conscience ne suffit plus

Publicité