J’aurais aimé croire que la canicule et la sécheresse de cet été auraient finalement sorti de leur torpeur les décideurs de certains pays européens. Mais non! Aucun des effets dévastateurs du réchauffement climatique, nettement plus rapide que prévu, ni les incendies ni les inondations ni les sécheresses, n’aurait sans doute été suffisant pour contraindre ces dirigeants à agir.