il y a de nouveaux bilans, de nouvelles mesures et des faits marquants: l'Agence France-Presse vient de faire le point point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde. Alors où en est-on, entre l'espoir et la méfiance?

Lire à ce propos tous les articles du «Temps» sur le coronavirus

L’Agence France-Presse, ce jeudi 19 novembre, annonçait 56,23 millions de cas dont 1,35 million de décès officiellement «détectés à travers le monde». Mais «la propagation du virus semble toutefois marquer le pas dans la plupart des pays européens: environ 265 000 nouveaux cas quotidiens en moyenne y ont été enregistrés ces sept derniers jours, soit une baisse de 9% par rapport à la semaine précédente», indique Le Figaro, dans un article repéré par le site Touteleurope.eu:

«Autre source d’espoir, à plus long terme cette fois: la course au vaccin anti-covid semble bien avancée», écrit Sud Ouest, dans le but «de parvenir à l’immunité collective et de mettre fin à la pandémie». Mais «si certains chroniqueurs cèdent d’ores et déjà à l’euphorie, d’autres, plus sceptiques, jugent que des obstacles importants subsistent», fait remarquer le site Eurotopics.net.

Appuyer sur la touche «reset»

Parmi les premiers – les optimistes à la vision large, donc, presque rétrofuturiste – il y a le journaliste économique irlandais David McWilliams, qui écrit sur son blog: «Après cela, il [faudra] que la société appuie sur la touche «reset», comme elle l’a fait par le passé après chaque pandémie. […] La réaction économique, technologique et commerciale à la pandémie de grippe espagnole, de 1918 à 1921, par exemple, avait été impressionnante»:

La lumière sur la simple pression d’un interrupteur, […] la radio qui permettait de relayer des messages à des millions de personnes ou le téléphone. […] Autant d’inventions apparues lors de la vague d’optimisme alimentée par la fin de la guerre mondiale et de la pandémie

Exactement un siècle après, la semaine dernière, deux vaccins ont été annoncés dans le monde occidental, qui semblent efficaces à plus de 90%. Mais est-ce que tous les pays signent «des contrats simplement parce que tout à coup, il y a des informations positives dans la presse? Ce n’est clairement pas le cas», précise le porte-parole de la Commission européenne, Stefan de Keersmaecker, dans Le Soir de Bruxelles. Et l’on a, aujourd’hui, une vision peut-être un peu différente du progrès que celle promue durant tout le XXe siècle:

Alors pourquoi le vaccin suscite-t-il de tels regards obliques? Du fait qu’on s’en méfie, à l’instar d’un journaliste du magazine portugais Expresso qui ne se dit pas pour autant «hostile à la science ou à la pharmacopée»: «Au contraire. Si je le suis [méfiant], c’est parce que je crois au protocole scientifique, et que ce protocole a été fortement malmené par la classe politique, les médias et la peur collective, qui exige un remède miracle»…

… Accepter le vaccin sans poser de questions, et en partant du principe que tout ira bien, cela me semble être une illusion néfaste

Du coup, «ce qui empêche vraiment les spécialistes de la santé de dormir, ce n’est pas la minorité qui croit que Bill Gates cherche à leur implanter une micropuce invisible, ce sont ceux qui hésitent», ironise le Guardian. Et «c’est cette masse oscillante qui est la plus susceptible de se laisser influencer par un commentaire posté sur Facebook par un ami. [On] préfère attendre prudemment de voir l’effet que le vaccin a sur les autres.»

Le Webcafé bulgare a sa solution, lui qui prône une campagne d’information auprès des anti-vaccins: «Il importe désormais d’agir contre les opposants […]. Car il sera trop tard pour s’y prendre une fois que le vaccin sera opérationnel. Quiconque a déjà abordé le sujet avec un complotiste invétéré ou avec un pourfendeur inconditionnel de la vaccination saura combien il est difficile de faire changer d’avis ce genre de sceptiques. C’est pourquoi une feuille de route mûrement réfléchie doit leur être consacrée.»

Quoi qu’il en soit, même avec l’amélioration de la situation sanitaire générale, les perspectives d’un retour à une vie plus «normale» varient considérablement selon les pays. Et il y a une autre question, encore non résolue et relative à la masse des vaccins qu’il faudra bientôt avoir à disposition, que soulève Courrier international dans une revue de quelques articles qui en parlent: «La technologie innovante sur laquelle reposent les vaccins de Pifzer/BioNTech et de Moderna nécessite pour l’instant des températures de stockage très basses, ce qui pourrait ralentir leur diffusion.»

Vive la concurrence!

Ces entreprises vont donc devoir s’échiner à démontrer que leur produit est stable dans des conditions moins exigeantes, analyse aussi le Financial Times. Toutefois, une raison supplémentaire d’être optimiste, c’est que les projets se trouvent en concurrence: «Les entreprises sont obligées de montrer l’innocuité de leur vaccin. […] De plus, la concurrence de [produits] qui se ressemblent les empêchera de demander des prix astronomiques», indique à Zurich le Tages-Anzeiger.

Lire aussi: Covid-19: pas de monopoles durant la pandémie

Alors? Alors «la population va devoir faire preuve de discipline et n’est pas au bout de ses peines, souligne To Vima, en Grèce, pays dont on dit souvent que les citoyens sont obéissants et solidaires. Mais cette fois, «les experts confirment que le vaccin ne sera pas la panacée. Si nous voulons empêcher une flambée de la pandémie, il nous faut maintenir les mesures de restriction. En d’autres termes, apprendre à composer avec le Covid-19 sur le long terme. En plein confinement et alors que les nombres de morts et de patients intubés battent des records, les nombreux concitoyens qui essaient de contourner habilement la règle semblent ne pas prendre la mesure de la gravité de la situation»…

… L’image qu’Athènes donnait à voir le premier jour du confinement [le 7 novembre] ne ressemblait pas du tout à un confinement, et n’était absolument pas comparable à la situation qui prévalait en mars

La morale de tout ça, ce sont peut-être au bout du compte Les Echos qui la donnent: «Il ne faut pas aujourd’hui basculer dans un optimisme béat, mais juste admettre que le pire n’est pas toujours certain.»


Retrouvez toutes nos revues de presse.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.