Les maladies cardiovasculaires, le diabète, les accidents vasculaires cérébraux, l’obésité… Ces maladies de peuples riches existent non seulement dans les pays développés mais également dans les économies émergentes, où la prospérité a créé une nouvelle classe moyenne. En fait, c’est le style de vie qui produit ces maladies: la suralimentation, le tabagisme et trop peu d’exercice physique. L’Organisation mondiale de la santé estime que ces maladies vont même augmenter de 17% au cours de la prochaine décennie.

Mais le prix à payer pour ce style de vie est très élevé. Les primes d’assurance connaissent des augmentations vertigineuses, et les gouvernements tentent donc d’encourager les gens à vivre plus sainement. Beaucoup d’entreprises ont créé des espaces de sport et acheté des équipements pour permettre à leurs employés de s’exercer sur leur lieu de travail. Certaines compagnies d’assurances promettent des récompenses aux personnes qui diminuent leur pression artérielle ou qui brûlent leur graisse excédentaire. Elles proposent des rabais pour des équipements de salle de gym, fournissent un accès par e-mail à un entraîneur de la santé et contribuent même parfois à l’achat de minuscules dispositifs électroniques qui peuvent être portés dans les chaussures et qui permettent de surveiller certains signes vitaux comme la pression artérielle et la fréquence cardiaque.

L’incitation la plus intéressante a été développée dans une économie émergente, l’Afrique du Sud. Le «Discovery Group» à Johannesburg a conçu un programme appelé «Vitality». Il procure des «air-miles» ou «des points de fidélité» à condition que vous preniez soin de votre santé. Vous pouvez ainsi gagner des points en faisant de l’exercice ou en achetant des aliments sains. Vous pouvez accéder à différents niveaux, par exemple en montant du bleu à l’or, en fonction des points accumulés. En retour, vous recevez un ensemble de récompenses allant d’une baisse des primes d’assurance santé jusqu’à… des vacances exotiques!

Pour atteindre cet objectif le groupe «Discovery» a formé des alliances avec une multitude d’entreprises, de l’épicerie à la compagnie aérienne, toutes prêtes à offrir des récompenses à travers «Vitality». Apparemment, le groupe est en mesure de prouver que les participants actifs sont non seulement moins susceptibles de tomber malades mais en plus, que s’ils le deviennent, ils passeront moins de temps à l’hôpital.

«Discovery» a commencé en 1992 avec une seule personne. Elle en emploie aujourd’hui plus de 5000. L’entreprise développe actuellement des partenariats avec les Etats-Unis et en Chine. En outre, son modèle s’est étendu à d’autres industries. Ce qui montre à quelle vitesse les nouvelles idées sortent des économies émergentes. Nous avons vu des résultats en Inde avec les technologies d’information, et en Chine avec la sous-traitance et les fabrications à bas prix. Maintenant l’Afrique du Sud montre comment des incitations peuvent amener les gens à un comportement raisonnable. Chacun, du gouvernement jusqu’au secteur privé, bénéficie de ce type d’initiative.

Ann Kato est professeure honoraire du Département des neurosciences fondamentales, Faculté de médecine de l’Université de Genève

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.