Opinion

Pour une culture du bâti de qualité

OPINION. Qu’entend-on objectivement par «qualité» dans le domaine de la culture du bâti? interroge la directrice de l’Office fédéral de la culture, Isabelle Chassot, à l’occasion d’une conférence qui se tient durant deux jours à Genève

Comment évaluer, apprécier et même mesurer la qualité d’une construction, d’un ensemble bâti? Qu’entend-on objectivement par «qualité» dans le domaine de la culture du bâti? Et comment nous assurer de cette qualité? Ce sont les questions que nous souhaitons nous poser lors de la conférence «Getting the measure of Baukultur – pour un espace de vie de qualité», organisée à Genève les 4 et 5 novembre sous l’égide de l’Office fédéral de la culture.

Cette rencontre internationale s’inscrit dans ce qu’il est convenu d’appeler le processus de Davos. De quoi s’agit-il? Plus de 30 ministres européens de la Culture ont adopté en janvier 2018 à Davos une Déclaration commune pour une culture du bâti de qualité. Initiée par la Suisse, cette déclaration appelle le monde politique et la société à s’engager conjointement en faveur du développement d’un espace de vie de qualité en Europe. Le conseiller fédéral Alain Berset rappelait récemment à Paris combien il était frappé de voir, lors de ses déplacements en Europe, des espaces bâtis de qualité mais aussi des espaces dépourvus de culture, pensés en seuls termes d’aménagement technique et non d’urbanisme vivant.