Le hashtag fête ses 10 ans. Mot-dièse en France, mot-clic au Québec, ce petit signe typographique en croisillon s’est imposé comme un élément majeur du «langage internet». Aujourd’hui, quelque 125 millions de hashtags sont utilisés quotidiennement. Pour soutenir une cause commune, relayer des phrases chocs ou encore suivre un match de foot ou une campagne présidentielle. A l’image des réseaux sociaux, le mot-dièse est viral, parfois loufoque et souvent spontané.

Lire aussi:  Le «.com» perd du terrain sur Internet

Mais, avant de coloniser la Toile, le dièse occupait depuis des siècles les partitions musicales pour signifier la hausse d’un demi-ton chromatique sur une note. Dans les années 1960, la touche # apparaît sur les claviers de téléphone: elle sert de raccourci pour prendre la ligne, raccrocher, recomposer ou encore naviguer dans un menu. En 1978, le sigle fait son entrée dans le langage informatique. Le début d’une nouvelle vie.

Discussions groupées

Le déclic viendra de l’ingénieur informatique américain Chris Messina. Le 23 août 2007, il invente le terme hash (dièse) et tag (étiquette) pour regrouper les sujets de conversation sur Twitter: «Que pensez-vous de l’utilisation du # pour les discussions de groupe? Par exemple #barcamp (rencontre ouverte qui prend la forme d’ateliers participatifs) [msg].»

Pas de succès immédiat pour autant. Ce n’est qu’en 2009 que Twitter officialise la proposition de Chris Messina en insérant des liens hypertextes. L’usager peut alors repérer, en un clic, toutes les occurrences d’un terme. Depuis, Twitter établit un classement des dix mots-clés les plus populaires du jour, en fonction des pays. Nommé mot de l’année en 2012 selon l’American Dialect Society, le hashtag fait son entrée dans les dictionnaires dès 2014.

Lire également: Les dangers de la génération selfie, symbole de l’individualisme libéral

Hashtag Activism

Conçu pour une fonction de «classement», le mot-dièse va très vite se diversifier et investir tous les réseaux sociaux, d’Instagram à Snapchat en passant par Facebook. Tour à tour slogan vindicatif ou signe de ralliement, il se décline à l’infini. Avec #BringBackOurGirls ou #TrumpTape, le mot-clé devient politique: il permet d’exiger la libération des écolières prisonnières de Boko Haram au Nigeria ou de dénoncer les frasques du président américain. A travers #fatkini, des militants dénoncent chaque début d’été la dictature de la minceur. On parle alors de Hashtag Activism.

Solidaire ou nostalgique

Mais le hashtag se fait aussi solidaire après les attentats de Paris avec #jesuischarlie, puis #PorteOuverte, la nuit du 13 au 14 novembre. D’une durée de vie généralement limitée, certains se sont enracinés et rythment désormais la semaine des internautes. A l’image du nostalgique #ThrowbackThursday, abrégé #tbt, devenu un incontournable des souvenirs partagés, ou encore du #LundiMotivation et du #jeudiconfession. Malgré l’avertissement d’usage #NeRaccrochezPasTousLesMotsEnsemble, les hashtags à rallonge sont l’occasion pour les internautes de placer des dédicaces et autres blagues privées.

Les twittos célèbrent à leur manière l’anniversaire du sigle qui dope leurs posts. «Merci au hashtag, sans lequel le métier de community manager n’aurait sans doute pas vu le jour», lance @ClaireCartoux, avec un #hashtag10 agrémenté d’un petit ballon jaune. Certains ont toujours du mal à s’y faire. «Dix ans qu’on cherche en permanence la touche sur le clavier…» ironise @Croche_Pat. Sur PC: Alt gr +3. Sur Mac: Alt +3.

En bon puriste, @topito_com tient à rétablir la vérité. «Nos pensées vont aux musiciens pour qui la vie doit être compliquée depuis. #RendezNousLeDièse.»

«Hashtag avec les doigts»

Par effet domino, le hashtag est aussi entré dans le langage oral. Régulièrement mimé par des stars, il a aussi fait son apparition dans la série populaire How I Met Your Mother. En février dernier, le chroniqueur satirique Nimrod Kamer s’est même revendiqué inventeur du «hashtag avec les doigts».