La réélection, ce dimanche, d'Emmanuel Macron à l'Elysée à l'issue d'un second tour de l'élection présidentielle française marqué par une progression de l'extrême droite a été applaudie dans les capitales européennes, qui ont souligné aussi les défis européens à venir pour le président français.

Pas de quoi se bercer d’illusions sur le nouveau quinquennat décroché ce dimanche en France par le président sortant Emmanuel Macron! Car quand on a une Marine Le Pen en face de soi, on a affaire à un épouvantail inéligible, selon les médias suisses qu’a lus l’ATS. Ainsi, le Tages-Anzeiger évoque-t-il un «soulagement à Paris». Mais l’heure n’est pas pour autant à l’euphorie, même si «cela s’est encore une fois bien passé», note le média zurichois en tentant de résumer ce sentiment général: «Emmanuel Macron va devoir réconcilier un pays fatigué», soit «fédérer des millions de Français», pour le Wall Street Journal. Et ce sera «compliqué» pour un homme élu par une frange de citoyens qui «s’est bouché le nez», écrit The Spectator, au Royaume-Uni.