Editorial

Une hirondelle slovaque

ÉDITORIAL. Elue présidente de la Slovaquie, Zuzana Caputova tranche avec les dirigeants eurosceptiques et de plus en plus autoritaires en Hongrie, en Pologne, en République tchèque ou en Roumanie. Un signe avant-coureur?

Une hirondelle ne fait pas le printemps, mais comment ne pas se réjouir de l’élection samedi à la présidence slovaque de Zuzana Caputova? Cette jeune avocate, chantre de la lutte contre la corruption dans un pays traumatisé par la mort l’an dernier du journaliste Jan Kuciak, sera la première femme à la tête de ce pays d’Europe centrale indépendant depuis 1993. Les pouvoirs présidentiels étant limités, la novice devra faire face à une redoutable cohabitation avec le système corrompu, qu’elle a dénoncé pendant sa campagne et sur lequel enquêtait Jan Kuciak avant de tomber sous les balles, avec sa compagne Martina Kusnirova.

Lire aussi: Zuzana Caputova, nouvelle présidente bienveillante d’une Slovaquie encore meurtrie

La nouvelle présidente se veut pro-européenne. Voilà qui tranche avec le règne des dirigeants eurosceptiques et de plus en plus autoritaires en Hongrie, en Pologne, en République tchèque ou en Roumanie. L’élection slovaque est-elle à même de changer la dynamique à l’œuvre dans l’ancienne Europe de l’Est, où les hommes forts continuent de saper la séparation des pouvoirs et ont fait de Bruxelles le bouc émissaire de tous les maux nationaux?

La lutte contre la corruption 

A moins de deux mois des élections européennes, présentées comme un duel entre pro-européens et eurosceptiques, la question n’est pas anodine, même si le cas slovaque est particulier. L’assassinat de Jan Kuciak a indéniablement réveillé les Slovaques. Le mouvement de protestation massif qu’a su incarner Zuzana Caputova, entrée en politique à cette occasion, s’est finalement traduit dans les urnes.

Le combat contre la corruption résonne en tout cas au-delà de la petite Slovaquie. A Prague, le premier ministre, Andrej Babis, est sous le feu des médias pour une affaire d’abus de subventions européennes. En Roumanie, le pouvoir en place vient de mettre sous contrôle judiciaire sa bête noire, la procureure Laura Codruta Kovesi, égérie de la lutte anticorruption et candidate pour prendre la tête du parquet européen, qui se retrouve à son tour face à des accusations de corruption.

Ces dernières années, le premier ministre hongrois, Viktor Orban, et ses alliés de la région ont joué à fond sur la peur de l’invasion migratoire, dénonçant comme des diktats les molles tentatives de la Commission européenne de répartir les migrants. La pression est aujourd’hui bien moindre qu’en 2015, au plus fort de la crise des réfugiés, et l’Europe est très loin d’être la passoire que ces eurosceptiques de l’Est décrivent. Ils se verront peut-être imposer un autre thème de campagne plus dérangeant: la corruption.

Publicité