Revue de presse

Une fois de plus, des voix s’élèvent pour dénoncer le machisme des nominations aux Oscars

L’académie cinématographique hollywoodienne est à nouveau pointée du doigt pour ses choix de mâles faits par des mâles et pour des mâles. La cérémonie aura lieu ce dimanche 9 février

L’accusation revient chaque année ou presque, et 2020 ne fait, de loin, pas exception pour l’Agence France-Presse: l’Académie des Oscars a sélectionné des candidats majoritairement masculins et néglige de ce fait les femmes dans les catégories les plus en vue, comme le dénonce le hashtag #OscarsSoMale sur les réseaux sociaux et dans les médias traditionnels. Pour ce millésime, les critiques se sont cristallisées autour de l’Américaine Greta Gerwig, réalisatrice des très symboliques Filles du docteur March, que beaucoup voyaient figurer dans la liste des nominations pour l’Oscar du meilleur réalisateur. Trice, en l’occurrence.

Son absence, et surtout le fait que les cinq nominations dans cette catégorie soient pour des hommes, suscite une vive polémique. «Il est tout à fait remarquable qu’après tout ce qu’il s’est passé ces dernières années, l’Académie refuse de reconnaître les femmes dans de multiples catégories», s’est ainsi agacée Tema Staig, directrice de l’association Women In Media: «C’est scandaleux, et cela affecte notre capacité à raconter nos histoires et à progresser dans l’industrie», déclare-t-elle au magazine Vogue. En plein procès Weinstein, la problématique commentée par le directeur du Festival international de films de Fribourg et ancien critique au Temps Thierry Jobin redouble évidemment d’intensité. Mais elle est vieille comme le monde, quasiment intrinsèque à l’histoire du cinéma, particulièrement hollywoodien, dit-il: