Une hausse de 6,6%, en moyenne, des primes d’assurance maladie. Le choc! Une augmentation de près de 1000 francs par an pour certaines familles. Ce n’est pas l’échec du ministre Alain Berset. C’est d’abord celui de la politique libérale de la santé. Une politique dont le PLR, en 2018, voulait assurer «la durabilité financière grâce à une participation plus active du patient». Dans ses lignes directrices de 2016, la faîtière des grandes entreprise, Economiesuisse, parlait, elle, de «conditions-cadres libérales» reposant sur la liberté de l’offre de soins et le renforcement de la concurrence. Le ministre jurassien de la Santé, Jacques Gerber, parlait d’un supermarché dans lequel producteurs et consommateurs viendraient proposer des services ou se servir à volonté. Mais cela s’apparente davantage au renard libre dans un poulailler libre. Avec une dose d’hypocrisie.