Au plus fort de la crise sanitaire, les adultes âgés accueillis en EMS ont vu s’amoindrir encore leur latitude, déjà réduite. Les circonstances ont limité leur liberté de choix et de déplacement, confisqué la possibilité de voir leurs proches, avec parfois des conséquences dramatiques. Aujourd’hui l’horizon s’éclaircit, mais la question de fond reste entière. Pourquoi les EMS sont-ils considérés par la plupart des adultes âgés comme la dernière option de lieu où finir sa vie?

Lire aussi: Les EMS romands en état d’alerte