«En tant qu'Afghane résidant à Genève depuis treize ans, je suis fière d'exercer mes droits citoyens en allant voter. Ce que j'espère, c'est que Genève restera la ville internationale de tolérance que j'ai connue à mon arrivée. Depuis les dernières votations fédérales sur l'asile et les étrangers, j'ai l'impression que le climat se crispe. La stigmatisation et le racisme ne doivent pas avoir de place dans cette terre d'accueil.

»J'aimerais aussi que nos futures autorités mettent l'accent sur la solidarité et le civisme qui font parfois défaut dans notre ville. Je vois dans le tram des jeunes qui écoutent de la musique à plein tube sans égard pour les autres, et des personnes âgées mal considérées.

»En tant qu'étudiante, je rêve également d'une ville plus animée, surtout le dimanche. On a beau m'expliquer que Genève est la cité de Calvin, je ne comprends pas pourquoi tout s'éteint en fin de semaine. Dans une cité aussi grande, les commerces devraient avoir l'autorisation d'ouvrir le dimanche! Et puis j'espère qu'à l'avenir, Genève ne sera plus en éternel chantier. On voit beaucoup de grues, mais peu de grandes réalisations.»

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.