En huit mois, Rolf Schweiger a certes commis quelques maladresses, comme celle qui l'a vu présenter le projet de renouvellement du parti «Avenir radical» flanqué de deux hallebardiers médiévaux. Et son discours politique est toujours resté un peu creux. Mais il a aussi mis en route une véritable tentative de repositionnement du parti: plus proche de l'économie, sensible aux besoins nés de l'évolution de la société, suffisamment distant de l'UDC pour qu'on ne dise plus du PRD qu'il est la pâle copie de la créature de Christoph Blocher. En quête d'identité depuis plusieurs années, les radicaux suisses étaient, avec Rolf Schweiger, en train d'en retrouver une. Voilà que la machine s'arrête à nouveau et que le pilote, malade, descend en marche.

Le PRD, qui n'est toujours pas parvenu à gérer l'après-Steinegger, se serait bien passé de cette tuile. Il doit repartir en chasse d'un leader, ce qui ne sera pas chose facile, car il a déjà épuisé passablement de bonnes volontés. Il est cependant essentiel pour lui de dénicher une personnalité capable de poursuivre et d'améliorer le renouveau amorcé par le Zougois. Le PRD ne trouvera son salut que s'il parvient à se réaccaparer le rôle de parti fort du centre droit. Rolf Schweiger l'avait bien compris, lui qui avait, non sans quelque ingénuité il est vrai, cherché à réformer la collaboration entre les partis en inventant par exemple le concept, encore embryonnaire, de la «table carrée». Le défi est de taille pour le Parti radical, qui perd du terrain à toutes les échéances électorales. L'heure n'est donc pas à l'aventure. Pour son avenir, il a plutôt intérêt à miser sur une personnalité reconnue et sensible aux différents courants qui le parcourent comme Felix Gutzwiller ou Fulvio Pelli, qui paraissent tous deux en mesure de relever cet immense challenge. On est encore suffisamment loin des élections de 2007. La mission est difficile mais pas impossible pour celui ou celle qui l'acceptera.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.