Au-delà d’un simple recyclage des précipitations au niveau local, les forêts sont à l’origine d’un transfert d’humidité atmosphérique des océans vers l’intérieur des continents, grâce à des cycles répétés d’évapotranspiration et de condensation. La découverte par les chercheurs russes Victor Gorshkov et Anastassia Makarieva de ce rôle jusqu’alors ignoré va nous amener à réévaluer l’importance des forêts naturelles telles que l’Amazonie et la nécessité de les maintenir pour assurer le fonctionnement des régimes hydrologiques terrestres à l’échelle globale.

Lire aussi: Rassemblement à Genève: «Ce qui se passe au Brésil concerne le monde entier»