Sur les réseaux

En Valais, une affiche de l’UDC fédère les adversaires d’Oskar Freysinger

Un visuel de campagne publié par l’UDC compare les difficultés économiques des Valaisans aux loyers que l’Etat assume pour les migrants. L’affiche ulcère les réseaux, jusqu’à susciter un appel à manifester

Sur l’affiche de l’UDC, une femme pleure: «Maria, mère de famille, ne peut plus payer son loyer… L’état paye 650’000 francs par mois pour les loyers des migrants». Après avoir circulé sur les réseaux, ce visuel de campagne a été publié le 24 janvier dans le quotidien Le Nouvelliste. Il accompagnait un bandeau où figurent, très souriants, le ministre UDC Oskar Freysinger et ses deux colistiers. Directrice des rédactions du journal, @JeanSandra3 tente le parallèle avec Donald Trump sur Twitter: «Après America first, voici l’UDC et son Valais d’abord».

Elu socialiste, @fchappot se demande si «un candidat au Conseil d’Etat va réagir suite à cette communication ignoble». Curieusement, c’est le dissident démocrate-chrétien Nicolas Voide, allié d’Oskar Freysinger, qui se distancie le premier de cette affiche. Sur la page Facebook qui vante sa candidature, il présente ses excuses «pour les incompréhensions que suscite cette publication». Interpellé par plusieurs internautes politisés, et vraisemblablement mal à l’aise, il se désolidarise de ses colistiers: «Ce qui nous unit figure dans le programme, le reste est une affaire de partis.»

Les politiciens ont opéré de nombreuses coupes aussi scandaleuses qu’injustifiées dans les budgets de l’aide sociale

Le chiffre est exact: 2800 migrants vivent en Valais dans 600 appartements pour des loyers d’environ 200 francs par personne. Néanmoins, il n’y a pas de lien entre les difficultés des Valaisans et les frais engendrés par les requérants distribués au canton par la Confédération. Pour la fondation le Geste Solidaire, qui récolte des fonds pour des projets d’aide sociale et des personnes nécessiteuses, «si Maria ne peut plus payer son loyer, c’est parce que les politiciens ont opéré de nombreuses coupes aussi scandaleuses qu’injustifiées dans les budgets de l’aide sociale».

Un cas hypothétique

La photo de Maria a été achetée par l’UDC dans une banque d’images. Pour @aderiedmatt, coordinateur romand de l’ASIN, le parti «n’a pas affiché de vrais gens parce que céder son image à l’UDC peut coûter cher, très cher». Pour @1dex_valais, «Oskar Freysinger, Nicolas Voide et la dame que personne ne connaît violent l’état de droit». Le blog croit savoir que l’UDC transgresse les conditions d’utilisation d’une collection qui ne se destine pas aux combats politiques. L’auteur martèle: «Maria ne vit pas en Valais», d’ailleurs elle ne s’appelle pas Maria et elle n’a «jamais donné son accord pour contribuer à une révolution conservatrice.»

Les réseaux proposent de nombreux détournements de l’affiche de la discorde. @TintinFournier rappelle le mandat contesté qu’Oskar Freysinger a confié à un survivaliste de sa connaissance: «Les copains d’abord». Secrétaire des Jeunes Verts valaisans, @Pensee_verte en profite pour mener sa campagne. «Un chou-fleur étranger» a pris la place du chou frisé du Chablais: «Nos légumes d’abord!» Candidat du Centre-Gauche au gouvernement, @darbouer remarque que cinq élus UDC figurent par les dix parlementaires les plus riches du pays. Il ironise: «Est-ce que Magdalena Blocher et @AmaudruzCeline pourraient aider Maria, Valaisanne qui peine avec son loyer?»

Enseignant et élu socialiste, Yannick Délitroz a rédigé un blog intitulé «Honte à vous Messieurs». En dénonçant une communication «sordide», qui «fait croire que la misère humaine de chez nous serait moins misérable si le Valais ne s’occupait pas de la misère humaine réfugiée», il propose aux Valaisans de se rassembler le 18 février prochain pour manifester leur indignation. Largement partagée sur les réseaux, son invitation a été relayée par le blog @1dex_valais, «parce que la ligne rouge a été franchie.»

Publicité