Ignazio Cassis n’a pas suscité beaucoup d’attention lorsqu’il a, en novembre 2019, annoncé une augmentation des contributions au Fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose. Pourtant, cette nouvelle avait de quoi réjouir: en plus de lutter contre trois des maladies transmissibles les plus graves, le Fonds international soutient la mise en place de systèmes de santé résilients dans le monde entier. Le Fonds et ses partenaires ont sauvé plus de 40 millions de vies humaines à ce jour. Depuis début 2020, la situation liée à ces maladies a empiré à vue d’œil: avec le début de la pandémie du Covid-19, le nombre de contaminations et de décès dus au sida, au paludisme et à la tuberculose a augmenté pour la première fois depuis le début du siècle.