Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Repeindre son vélo en rose peut être dissuasif, comme la puce.
© Twenty20.com/Pexels.com

Charivari

Vélo volé? Adoptez la puce!

OPINION. Le Conseil municipal de la Ville de Genève vient de se prononcer pour un partenariat avec Trakyv. Un grand pas dans la prévention des vols qui réjouit notre chroniqueuse cycliste

Vélo volé. L’anagramme parle d’elle-même et fait soupirer. A Genève, environ 3000 d’entre eux sont dérobés chaque année. Un chiffre qui peut facilement être doublé, estime l’association Pro Velo, si l’on compte les propriétaires qui ne déposent pas plainte auprès de la police. Six mille vélos volés en une année, c’est plus de seize par jour. Vélo, mon beau vélo, tu es tellement convoité!

Je me souviens d’un ami, Français nouvellement installé près de l’Hôpital cantonal, qui a «perdu» sa monture rutilante, la nuit de son achat. Il l’avait attachée à un parking prévu à cet effet et n’imaginait pas qu’à Genève, il devait se méfier. L’innocent! On retrouve régulièrement des cadenas sursécurisés gisant à terre après avoir été forcés et des vols surviennent même dans des garages à vélos fermés. Vélo, mon beau vélo, tu es tellement convoité!

Dans la chambre à coucher?

La parade? Avoir, comme moi, un vélo de 10 ans d’âge et repeint en rose de manière, disons, poétique. La dissuasion est telle que je peux l’abandonner le temps d’un café, personne n’est tenté. Ce n’est pas une comète, mais, au moins, il ne disparaît pas dans la Voie lactée… Ou alors, si l’on fait dans la bécane classe, la solution ultime consiste à la hisser dans son foyer. A Genève, beaucoup de vélos dorment sur les balcons, voire, on en a tous croisé, dans les chambres à coucher. Vélo, mon beau vélo…

Amis de la mobilité douce, ce trauma appartient peut-être au passé! Car, déjà vaillante à Yverdon et disponible partout en Suisse romande à titre privé, la puce identitaire va s’institutionnaliser à Genève. Jeudi dernier, le Conseil municipal a adopté à l’unanimité une motion demandant aux autorités de la ville d’imaginer un partenariat avec la société Trakyv, qui produit des puces et des systèmes de détection.

Succès à Yverdon

Le principe est simple. Une puce de 8 centimètres est cachée quelque part dans le vélo et, en cas de vol, le cycliste s’annonce à la police qui active la localisation de la monture dérobée. A Yverdon, où elle est pratiquée depuis 2015, cette mesure a permis une baisse spectaculaire de 50% des vols, annonce Pro Velo, naturellement réjoui par la décision des élus municipaux. C’est qu’aujourd’hui, même avec le «bicycode», ce numéro que l’on grave sur le cadre, seuls 1,5% des cas genevois de vols de vélos sont résolus… autant dire une menace assez faible sur la tête des filous.

L’avenir appartient aux vélos. La ville de Genève a raison de faire de la prévention des vols une affaire publique. Rouler, c’est bien. Rouler serein et sûr de retrouver sa monture le lendemain matin, c’est mieux.


Chronique précédente

Réfugiés = profiteurs, pourquoi l’association est toujours bidon

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)