Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le président chypriote Nicos Anastasiades, à droite, et le conseiller spécial des Nations unies pour Chypre, Espen Barth Eide, lors d’une rencontre en novembre. Ils doivent se rencontrer en janvier prochain à Genève.
© Katia Christodoulou / EPA

Opinion

Vers des jours fastes pour la diplomatie à Genève

Genève va vivre un mois de janvier d’une intensité exceptionnelle sur le plan diplomatique avec en particulier une rencontre cruciale pour l’avenir de Chypre, observe notre chroniqueur François Nordmann

Genève va vivre un mois de janvier d’une intensité exceptionnelle sur le plan diplomatique. Le 9 janvier prochain M. Espen Barth Eide, l’émissaire des Nations unies pour Chypre, y réunira le président de la République de Chypre M. Nikos Anastàsiadis et le dirigeant turc chypriote M. Mustafa Akinci pour ce devrait être le dernier round de négociations en vue de la réunification de l’île et la création d’un Etat fédéral.

Les responsables des deux communautés devraient s’accorder sur le partage territorial de l’île reflété jusque dans des cartes géographiques agréées. Le 12 janvier une conférence diplomatique à haut niveau prendra acte de la réconciliation des Chypriotes après une division de plus de 42 ans.

Dossier fertile en péripéties

Sous l’égide du Secrétaire général des Nations unies, les ministres des Affaires étrangères des cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité se retrouveront à Genève. Les protagonistes seront représentés par leurs chefs d’Etat ou de gouvernement, soit en plus des deux présidents susnommés M. Alexis Tsipras, premier ministre grec, M. Recep Tayyip Erdogan président de la République de Turquie, et Mme Theresa May, Premier Ministre du Royaume Uni, puissance garante de l’indépendance de Chypre avec la Grèce et la Turquie.

Ce dossier a été fertile en péripéties. Mais depuis la reprise des discussions intercommunautaires, en 2014, la nouvelle génération de leaders paraît déterminée à surmonter les échecs de ses prédécesseurs. La découverte de réserves de gaz naturel au large des côtes de l‘île a également facilité la solution d’une crise qui empoisonnait l’Union européenne et rendait la Méditerranée orientale plus instable. Les bonnes nouvelles de cette partie du monde sont plutôt rares.

Grande persévérance

A fin novembre, les deux responsables ont eu au Mont-Pèlerin une longue semaine d’entretiens. Ils ont progressé sur la voie d’un accord sans parvenir à le finaliser. M. Espen Barth Eide, ancien ministre de la défense de Norvège, conseiller spécial du Secrétaire général de l’ONU pour Chypre, a eu tôt fait de reprendre le fil de la négociation, et de la lancer sur sa trajectoire finale dès le 2 décembre 2016.

Sous réserve d’un ultime couac, la situation née du coup d’état de 1974 et de l’intervention militaire turque qui a suivi devrait donc être réglée. Ce serait un incontestable succès de l’ONU qui a fait montre d’une grande persévérance et qui a mobilisé l’énergie des cinq derniers secrétaires généraux de l’ONU… Ni le Conseil de l’Europe ni l’UE n’ont pu résoudre ce qui était l’un des principaux conflits en Europe.

Dix jours plus tard, la police sera à nouveau sur les dents pour accueillir à Genève le président chinois Xi Jin Ping et presque simultanément le nouveau Secrétaire général de l’ONU, M. Antonio Guterres. Le chef d’Etat chinois accomplira à Berne une visite d’Etat et ouvrira le Forum économique mondial de Davos – c’est la première fois qu’un président chinois participe à cette manifestation. Au moment où M. Donald Trump prend les rênes du pouvoir aux Etats Unis, le chef d’Etat chinois adresse un signal fort de son attachement à l’économie mondiale et au système multilatéral, y compris l’Organisation Mondiale du Commerce.

Trois grandes priorités

Le nouveau Secrétaire général assistera à l’ouverture de la Conférence du désarmement et rencontrera au Palais des Nations les responsables des principales institutions spécialisées. Il revient à Genève, à peine plus d’une année après l’avoir quittée, et trois semaines après avoir pris ses fonctions.

Il rencontrera les autorités suisses et sera reçu officiellement par le Conseil d’Etat. Ses propos sur la réforme de l’organisation seront écoutés attentivement. Il s’est fixé trois grandes priorités, dans le domaine des opérations de maintien de la paix, des Objectifs du Développement Durable et de la gestion interne de la bureaucratie onusienne, avec notamment la parité des genres, l’amélioration de la communication et l’ouverture à la jeunesse. Que signifie l’application concrète de ces principes à Genève?

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)