L’exemple allemand l’a montré: l’incertitude des temps dans nos démocraties occidentales désorientées peut déboucher sur des alliances politiques en apparence surprenantes. Longtemps on crut que les élections allemandes de septembre dernier devaient se jouer entre la CDU et les Verts. Et d’aucuns spéculaient déjà sur une nouvelle Grosse Koalition, non plus entre les conservateurs des héritiers d’Angela Merkel et les sociaux-démocrates du SPD, mais entre ceux-là et les écologistes. Ce scénario n’était pas hallucinant: il fut évoqué voici une trentaine d’années déjà et, depuis, a été expérimenté dans certains länder.