Ils ont voulu essayer. Alors que Doris Leuthard, au soir de l’acceptation de l’initiative Weber par le peuple suisse, soulignait l’incertitude juridique quant à la validité des permis de construire délivrés après le 11 mars 2012, de nombreuses personnes ont déposé des demandes. La conseillère fédérale conseillait encore de suspendre ces autorisations dans les communes concernées en attendant une clarification du droit. Pourtant, 573 communes suisses ayant dépassé les 20% de résidences secondaires ont enregistré une augmentation des permis de construire de 114%.

Ils ont parié sur le fait que l’initiative n’entrerait en vigueur que le 1er janvier 2013 et que les recours déposés par Franz Weber n’étaient pas recevables. Finalement, ils ont perdu. En partie en tout cas.

Sur le principe, le Tribunal fédéral donne raison à Helvetia Nostra. L’interdiction de construire des résidences secondaires entrait bien en vigueur dès la votation. Il ajoute que l’organisation de Franz Weber avait effectivement la qualité pour recourir. De ce fait, les 2200 permis de construire contre lesquels Helvetia Nostra a fait recours seront annulés. Et il est probable que les collectivités publiques déboutées devront indemniser l’organisation pour ses frais de justice.

Mais tous les autres permis, ceux contre lesquels personne ne s’est élevé et qui sont entrés en force avant 2013, restent valables. Combien sont-elles, ces résidences secondaires qui ont échappé à l’écologiste et qui ont été arrachées à la dernière minute et à la limite de la légalité? Une étude de Credit Suisse compte que 15 000 permis de construire ont été demandés en 2012 dans les communes touchées par le texte de Franz Weber, mais ce chiffre inclut également les demandes pour des résidences principales.

Franz Weber a gagné sur le principe. Les milieux de la construction et les cantons concernés déplorent, souvent vigoureusement, les conséquences économiques de cette décision. Mais ils disent ne pas savoir combien de résidences secondaires ils ont sauvées en délivrant des autorisations, malgré les incertitudes.