Le 12 juin 2013, bien avant le Covid-19, George Lucas et Steven Spielberg, créateurs de Star WarsIndiana Jones ou autres E.T. partageaient leur vision du futur du cinéma lors d’un panel public resté célèbre à l’Université de Californie du Sud (USC). Après avoir contribué au renouveau d’Hollywood dans les années 70 et avoir été les fers de lance de l’avènement du blockbuster, soit des films à très gros budgets rentabilisés par une maximisation des recettes tirées de l’exploitation en salle, les deux réalisateurs–producteurs annonçaient ce jour-là la fin (ou presque) du cinéma.

Ils prédisaient en particulier une transformation radicale de l’exploitation en salle: une réduction du nombre de films destinés à une sortie en salle et la transformation de la projection en salle en un événement de luxe dont le ticket d’entrée pourrait coûter jusqu’à 150 dollars. Pas à court d’idées iconoclastes, les deux compères annonçaient encore l’apparition de machines à projeter les rêves mais surtout le remplacement de la salle et du spectacle et de la salle de cinéma par la vidéo à la demande et la TV payante.